énergies renouvelables

« L’Ecoparc catalan » marque des points

| Mis à jour le 22/07/2013
Par • Club : Club Techni.Cités

L’association Fracas a vu son référé suspension contestant les permis de 35 éoliennes sur le territoire de Perpignan Méditerranée Communauté d’Agglomération (PMCA) rejeté par le juge administratif le 16 mai 2012. De quoi satisfaire PMCA, car le projet d’EDF Energies Nouvelles représente 80 % des objectifs du futur « Ecoparc catalan », qui vise à faire de l’agglomération « la première à énergie positive d’Europe » en associant éolien, photovoltaïque, réseau de chaleur et production de biogaz.

L’association Fracas a perdu une bataille : à côté d’un recours au fond, elle avait attaqué en référé suspension les quatre permis de construire accordés le 29 mars par le préfet des Pyrénées-Orientales pour implanter 35 éoliennes (96 MW) sur les communes de Baixas, Calce, Pézilla la Rivière et Villeneuve la Rivière, membres de l’agglomération Perpignan Méditerranée (PMCA).

Mais le tribunal administratif de Montpellier a considéré « qu’en l’état de l’instruction, aucun des moyens invoqués n’est de nature à faire naître un doute sérieux quant à la légalité de la décision attaquée ».

4 000 euros d’amende pour l’association – Fracas, qui s’indigne d’avoir été condamnée à verser 4 000 euros à EDF Energies Nouvelles (EDF EN), porteur du projet éolien, n’a pas encore déposé les armes : « Nous étudions encore d’autres voies de recours possibles d’ici à la fin du délai de recours du 29 mai », indique Aude Homa, porte-parole de Fracas.
Depuis deux ans, l’association a déjà déposé un recours devant le tribunal administratif sur la zone de développement éolien de PMCA qui accueille le projet : « Elle est pleine de failles », assure Aude Homo, qui précise que « l’instruction du recours doit se clore fin mai. »

« Pour la création de la ZDE, nous avions travaillé avec l’ensemble des partenaires avant d’obtenir la validation préfectorale fin 2009, rétorque Gilles Foxonet, maire de Baixas et vice-président de PMCA délégué aux énergies renouvelables. Et sur le parc éolien, des solutions techniques ont été trouvées après concertation. »

Eoliennes à pales discrètes – Pour tenir compte de l’avis défavorable de Météo-France d’août 2010 et avant d’accorder les permis, la préfecture a « recherché des réponses techniques pour lever les doutes » avec EDF EN, Météo-France et la Direction générale de la prévention des risques du ministère, assistés de l’Office national d’études et de recherches aérospatiales (Onera).

Résultat : EDF EN installera des éoliennes à pales « discrètes. La gêne pour le radar météo sera trois fois inférieure », explique David Augeix, directeur pour la région Sud d’EDF EN France.
La préfecture doit prochainement prendre un arrêté pour assurer que les engagements d’exploitation seront « scrupuleusement respectés ».

Energie positive – Le projet éolien – l’un des plus grands parcs terrestres de France – représente un investissement de l’ordre de 100 millions d’euros et correspond à la consommation de 120 000 habitants, soit la population de la ville de Perpignan et la moitié de son agglomération.

« C’est le point central de l’Ecoparc catalan, projet initié par PMCA dès 2008 lors de la prise de compétences énergies renouvelables, relève Gilles Foxonet. Etape par étape, sa pertinence et son réalisme sont validés. Il s’agit de promouvoir la mixité économique entre viticulture et ENR – la location des terrains va assurer un complément de revenu à de nombreux viticulteurs -, de poursuivre une politique de réaménagement de friches et d’atteindre l’objectif d’agglomération à énergie positive de la convention ‘Grenelle 2015’. »

« Si tout se déroule bien, le chantier du parc éolien sera lancé vers la fin 2012 », informe le directeur régional d’EDF EN. « Les travaux sont évalués à plus de 40 millions et la Fédération locale du bâtiment place beaucoup d’espoir dans cette manne qui sera réinjectée dans l’économie locale », assure Gilles Foxonet.

Ancienne décharge transformée en ferme solaire – Le champ éolien (80 % des objectifs de production de l’Ecoparc catalan) sera complété par une centrale photovoltaïque au sol, un réseau de chaleur et la production de biogaz.
La ferme solaire de 4,7 MW de La Compagnie du Vent à Calce a d’ailleurs obtenu son permis de construire le 18 janvier 2012. « C’est un bel exemple et un symbole, estime Gilles Foxonet, puisqu’il s’agit de la reconversion de l’ancienne décharge, très connue durant des décennies, du col de la Dona. »
L’autre projet associe agriculture et énergies renouvelables : « Des serres de tomates alimentées en énergie par récupération de la chaleur, aujourd’hui perdue, de l’usine d’incinération des déchets ménagers de Calce. Sa réalisation créerait 250 emplois. »

Commentaires

0  |  réagir

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

services

Thèmes abordés

Retrouvez tous nos produits sur La plateforme de mise en relation entre professionnels de la commande publique et fournisseurs

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X