Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

énergie

La ministre de l’Ecologie récupère l’énergie et s’attaque à ses premiers dossiers

Publié le 21/05/2012 • Par avec l'AFP Arnaud Garrigues • dans : Dossiers d'actualité, France

La nouvelle ministre de l'Ecologie Nicole Bricq récupère le secteur de l'énergie, capital dans la lutte contre le réchauffement climatique et qui était passé en 2010 sous la coupe de Bercy. Elle devra préparer la loi sur la transition énergétique et la fermeture de la centrale de Fessenheim. L'annonce de ce nouveau périmètre ministériel a été saluée par les associations environnementales et les professionnels du secteur de l'énergie.

Entre 2007 et 2010, l’écologie et l’énergie avaient été intégrés dans un grand ministère – comprenant également les transports et le logement – et confiés à Alain Juppé puis Jean-Louis Borloo, élevés à la fonction de ministre d’Etat. Quand Nathalie Kosciusko-Morizet leur succède en 2010, elle n’est plus ministre d’Etat et n’a plus l’énergie. Les associations protestent alors contre cette « coupe sombre » qu’elles jugent « catastrophique » et qui constitue une amputation drastique de sa marge de manoeuvre. Confusion particulière, la direction générale de l’énergie et du climat a alors une double tutelle, celle de l’Ecologie et celle de Bercy.

Les ONG saluent la réintégration de l’énergie – Le 16 mai 2012, à l’annonce du nouveau ministère, la satisfaction des associations a été à la hauteur de la déception de jadis. Greenpeace a vu dans le retour de l’énergie « un bon signal » en attendant de juger « sur pièces », tandis que WWF France s’en est « tout particulièrement réjoui ».

Colette Lewiner, spécialiste de l’énergie au sein du cabinet de conseil Capgemini, a pour sa part indiqué voir dans ce regroupement un « signal de la volonté du nouveau gouvernement de réduire les émissions de CO2 et de développer les énergies renouvelables ».

Même son de cloche du côté des industriels – Même les industriels ont paru satisfaits. Jean-Louis Schilansky, président de l’Union française des industries pétrolières, s’est félicité que « l’énergie et le climat soient désormais regroupés dans une même entité ministérielle de façon claire ». Il s’est dit « prêt à discuter » avec la ministre de sujets comme « le retour de l’exploration-production (pétrolière et gazière, ndlr) en France et l’indépendance énergétique ».

Le dossier est lourd pour Mme Bricq, même si, selon les spécialistes, ce n’est pas une « novice » dans le secteur, s’étant mobilisée dans sa circonscription contre les gaz de schiste et ayant travaillé sur des dossiers comme l’ouverture du marché du gaz français. Mais le président François Hollande a mis la barre haut, en s’engageant à faire de la France « la nation de l’excellence environnementale ».

La préparation d’un grand débat sur l’énergie – Mme Bricq devra préparer dans les tout prochains mois le « grand débat citoyen » sur l’énergie qui devrait se tenir à l’automne et qui doit aboutir au vote d’une loi de programmation de transition énergétique.

« Ni pronucléaire, ni antinucléaire », selon un spécialiste du secteur, elle devra préparer le démantèlement d’ici 2017 des deux réacteurs de Fessenheim, la plus vieille centrale de France. Elle devra aussi « favoriser la montée en puissance des énergies renouvelables en soutenant la création et le développement de filières industrielles dans ce secteur (lire l’encadré ci-dessous) », comme l’a promis M. Hollande dans son programme de campagne. Il faudra encore développer l’efficacité et la sobriété énergétiques.

Travailler en interministériel – Dès son entrée en fonction jeudi 17 mai, la ministre a noté que plusieurs dossiers nécessiteront des discussions en interministériel. L’énergie et le logement (confié à la secrétaire nationale d’EELV Cécile Duflot), mais aussi, comme le remarquait France Nature Environnement (FNE), l’industrie, la mer, l’économie solidaire, le développement… FNE a souhaité que des feuilles de routes soient transmises aux ministères « afin qu’ils soient individuellement et collectivement acteurs de la transition écologique ». Son président, Bruno Genty, a estimé que la mise en œuvre de la transition écologique « dépendra beaucoup de la volonté politique du président de la République et du Premier ministre qui orientera l’action des différents ministères concernés ».

Le Syndicat des énergies renouvelables appelle à prendre des mesures d’urgence

Dans l’attente du débat énergétique annoncé pour l’automne, le Syndicat des énergies renouvelables a réagi le 21 mai à la nomination de la nouvelle ministre de l’Ecologie, de l’énergie et du développement durable en soulignant les mesures urgentes à prendre pour permettre le développement de ce secteur :

  • Rénovation des bâtiments : intégrer les énergies renouvelables dans le plan de rénovation des bâtiments, annoncé par le gouvernement, par la mise en place d’outils réglementaires et financiers ;
  • Réseaux de chaleur : doubler la dotation du Fonds chaleur finançant notamment les chaufferies bois, le solaire thermique, la géothermie et les réseaux de chaleur EnR ;
  • Tarif d’achat : stabiliser les coûts à la charge des producteurs d’électricité renouvelable (raccordement, fiscalité) et les dimensionner en fonction des niveaux de tarifs d’achat ;
  • Eolien terrestre : simplifier et sécuriser le cadre réglementaire et tarifaire, en particulier pour l’éolien terrestre
  • Outre-mer : relancer les filières solaire et éolienne, outre-mer, notamment en instaurant des tarifs d’achats adaptés à ces régions ;
  • Eolien offshore : lancer, durant le second semestre 2012, le deuxième appel d’offres éolien offshore afin de consolider la filière industrielle naissante ;
  • Photovoltaïque : doubler le volume cible, aujourd’hui de 450 MW, de l’appel d’offres photovoltaïque, revoir le mécanisme de baisse trimestrielle des tarifs et relever la puissance éligible au tarif d’achat à 250 kW contre 100 kW aujourd’hui ;
  • Hydroélectricité : lancer un plan de développement de l’hydroélectricité en déterminant rapidement les zones propices pour les nouveaux projets et en optimisant les centrales existantes.
1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

La ministre de l’Ecologie récupère l’énergie et s’attaque à ses premiers dossiers

Votre e-mail ne sera pas publié

Quélennec R.E.

22/05/2012 07h56

Nous venons de lancer un Concours national Photos 2012 « Littoral du Var, Ports&abords  »
Pourriez-vous nous aider pour sa Promotion via La Gazette ?
D’ avace, merci.
Cordialement R.E. Quélennec
Pdt du C.I. CARMEL (Association Loi 1901)

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X