Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

gouvernement

Le député-maire de Nantes Jean-Marc Ayrault arrive à Matignon

Publié le 15/05/2012 • Par avec l'AFP Agathe Vovard • dans : A la une, France

Comme François Mitterrand en 1981, François Hollande a confié la conduite de son premier gouvernement à un grand élu, Jean-Marc Ayrault, discret et prudent maire de Nantes qui devra gagner la bataille des législatives.

Député depuis 1986, chef de file des députés PS depuis 1997, Jean-Marc Ayrault, comme Pierre Mauroy il y a 30 ans, n’est issu ni de la noblesse d’Etat, ni de la grande bourgeoisie parisienne, mais d’une famille ouvrière, en l’occurrence de Maulévrier (Maine-et-Loire) où il est né il y a 62 ans.

Les territoires et les services publics feront-ils partie de ses chevaux de bataille ? « Né dans une commune de 2 000 habitants, je comprends ce que ça fait quand on ferme la Poste ou supprime des postes de gendarmes », disait-il à Jean-Jacques Bourdin le 25 avril sur BFMTV et RMC.

Le nouveau Premier ministre a mené de nombreux combats au Parlement, concernant notamment les gaz de schiste, la réforme territoriale, le cumul des mandats…
« Le mandat parlementaire est incompatible avec l’exercice de toute fonction exécutive au sein d’une collectivité territoriale ou d’un établissement public de coopération intercommunale. L’argument selon lequel le cumul des mandats permet une articulation entre l’échelon local et le niveau national afin de permettre au parlementaire de connaître la réalité du « terrain » et de mieux répercuter les attentes de la population n’est plus valable aujourd’hui », indiquait-il dans une proposition de loi déposée fin 2010 avec Jean-Pierre Bel. Il est en cela complètement en phase avec les déclarations de François Hollande pendant la campagne pour la présidentielle.

Jamais ministre – Bachelier promo 1968, professeur d’allemand, le nouveau Premier ministre, germanophone, a ses entrées Outre-Rhin au SPD et des contacts avec un proche d’Angela Merkel, Ronald Pofolla.

Ayrault, comme Hollande, n’a jamais été ministre. Comme le chef de l’Etat, il met en avant son expérience au côté de Lionel Jospin, Premier ministre (1997-2002), en tant que chef de file des députés socialistes.
« Les Fabiusiens ne voulaient pas de moi. Petit à petit, je me suis imposé », se félicite le voisin de François Hollande dans l’hémicycle pendant 15 ans.

Le maire de Nantes se targue d’avoir conservé l’unité du groupe quand le PS se divisait, en 2005 sur l’Europe, en 2008 à Reims, en 2011 pendant la primaire. Il rallie tardivement François Hollande, et devient son « conseiller spécial » dans la campagne présidentielle.
Jamais battu aux élections, il a connu son plus sérieux revers en 1998, avec l’échec d’un texte sur le Pacs.

Remettre la démocratie en chantier – Au moment de l’adoption du projet socialiste en avril 2011 il écrivait sur son blog : « Il y aura des priorités : la politique de l’emploi, notamment celui des jeunes, la réussite scolaire et éducative. C’est aussi toute notre démocratie qu’il faudra remettre en chantier : la démocratie politique, la démocratie sociale pour que nous puissions négocier des compromis avec les partenaires sociaux et engager les réformes nécessaires, et la démocratie locale, car nous avons besoin d’une nouvelle étape de la décentralisation. »

Politiquement, cet agnostique s’est construit sous la double influence du catholicisme social, au Mouvement rural de la jeunesse chrétienne (MRJC), et de Jean Poperen, son mentor marxisant à la gauche du PS jusqu’en 1990.
Sans être gauchiste, le jeune Ayrault porte le col roulé rouge quand il entre au conseil général de Loire-Atlantique en 1976, à la surprise de François Mitterrand.

Saint-Herblain – L’année suivante, le « petit prof » de 27 ans ravit au sénateur-maire Claude Chauty la commune de Saint-Herblain (40 000 habitants), où il a vécu en HLM avec sa femme enseignante, Brigitte, et leurs deux filles.
« J’ai eu un peu mal au ventre… J’ai demandé un audit. Je ne voulais pas que la commune soit mise sous tutelle », raconte celui qui s’apprête à demander avec le chef de l’Etat un rapport à la Cour des comptes sur l’état de la France.

Il prépare avec sa prudence légendaire son arrivée à Nantes, sollicitant les avis de Mitterrand « via Poperen », et Michel Rocard dont un proche, Claude Evin, postulait aussi.

Au niveau local – Il ravit ainsi en 1989, à une droite médusée, la ville qu’on surnomme « la belle endormie », et la réveille. Sa recette ? Politique culturelle audacieuse (Les Allumés, Royal de luxe…), tramway, réhabilitation des friches industrielles.
Nantes et sa communauté d’agglo font aussi partie des encore rares collectivités à avoir rejoint  le mouvement de l’open data en ouvrant ses données publiques : « Il s’agit là d’une véritable révolution que le service public doit mener pour répondre aux enjeux économiques, sociaux et citoyens actuels », estime-t-il.

Réélu sans arrêt, son parcours est assombri par une condamnation pour favoritisme en 1997 à six mois de prison avec sursis et 30 000 francs d’amende (4 500 euros), dont il n’a pas fait appel, et qui a fait l’objet d’une réhabilitation en 2007.

Orfèvre du consensus, Ayrault « gouverne au centre, n’a aucun problème avec la chambre de commerce et le monde des affaires », analyse la conseillère générale (Parti de gauche, ex-PS), Françoise Verchère.
« Il sait indiscutablement mener des projets à terme, c’est un applicateur fantastique, mais ce n’est pas l’homme le plus créatif de l’ouest », note de son côté André Trillard, l’ancien patron UMP du conseil général de la Loire-Atlantique, cité par Rue89.

Fermeté, voire raideur – Son omniprésence et sa « raideur » fatiguent ses opposants. « Il dit qu’il traite le problème des Roms avec fermeté et humanité, on attend encore l’humanité », grince un journaliste local.
Ses adversaires de gauche lui reprochent son soutien sans faille au projet du nouvel aéroport de Notre-Dame-des-Landes. « Je n’ai jamais pu lui en parler : il se met en colère », poursuit Mme Verchère. Une grève de la faim d’opposants à l’aéroport a pris fin juste avant sa nomination.

En stratège, Ayrault avait pris dès 2001 des adjoints écologistes, opposés à l’aéroport, mais qui lui doivent beaucoup. Son poulain, le député EELV François de Rugy, dit ainsi de lui : « Ayrault ? Subtil dosage d’autorité sans autoritarisme, et de sens du compromis ».

Celui qui va quitter incessamment ses fonctions de député-maire de Nantes, conformément aux exigences du président Hollande, a enfin assuré en fin de journée mardi 15 mai, concernant la ville qu’il dirige : « Je retrouverai les Nantais, que je n’oublie pas aujourd’hui, je pense à eux qui m’ont tant apporté, donc je resterai conseiller municipal de Nantes, simple conseiller municipal de Nantes, je pense à eux pour leur exprimer toute ma reconnaissance et ma fidélité. »

Christophe Chantepy, directeur de cabinet

Christophe Chantepy a été nommé directeur de cabinet du Premier ministre Jean-Marc Ayrault, a annoncé mardi 15 mai 2012 l’entourage de M. Ayrault. Agé de 52 ans, diplômé de Sciences Po, énarque, centralien et germanophile, M. Chantepy a été conseiller technique dans les gouvernements Cresson et Bérégovoy sous François Mitterrand.
A partir de 1997, il a aussi été directeur de cabinet de Ségolène Royal, alors ministre déléguée à l’Enseignement scolaire, puis directeur de cabinet de Michel Sapin au ministère de la Fonction publique.
Conseiller d’Etat en 2001, il a été l’un des principaux animateurs de la campagne présidentielle de Mme Royal. Il a réintégré le Conseil d’Etat au lendemain de la défaite socialiste de 2007.

Par ailleurs, Jean-Pierre Guérin, 47 ans, a été nommé chef de cabinet de M. Ayrault. M. Guérin est premier conseiller du tribunal administratif de Montreuil (Seine-Saint-Denis).

Enfin, Dominique Bouissou, responsable du service de presse durant la campagne de M. Hollande, est nommée responsable du service de presse de Matignon, a-t-on appris de même source.

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Le député-maire de Nantes Jean-Marc Ayrault arrive à Matignon

Votre e-mail ne sera pas publié

Antoine

21/05/2012 04h24

« Le mandat parlementaire est incompatible avec l’exercice de toute fonction exécutive au sein d’une collectivité territoriale »… Notre premier ministre à l’époque député-maire aurait tout aussi pu dire : « faite ce que je dis pas ce que je fais ».

Intéressant sinon ce portrait. Mais, il est quand même dommage qu’un élu déjà condamné à de la prison avec sursi pour délit de favoritisme ait été choisi pour une telle fonction.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X