Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Edito

Banquiers, encore un effort !

Publié le 13/05/2012 • Par Jacques Paquier • dans : Billets finances

EurosstocksII
Fotolia
La colère des directions financières monte face à l’attitude des banques qui ne prennent parfois même plus la peine de répondre à leurs appels d’offres.

« Lors de notre dernier appel d’offres bancaire, nous avons eu plusieurs réponses de banques étrangères, parfois lointaines, brésilienne ou chinoise mais aucune banque française ne nous a répondu », déplore cette DGA finances d’une grande ville.
La crise du crédit continue, donc, et semble même s’intensifier. Si certaines collectivités parviennent à obtenir des prêts, l’incompréhension de celles qui échouent provient notamment de la récente injection de 1 000 milliards d’euros par la Banque centrale européenne (BCE) dans l’économie, prêtés à 1 % aux banques européennes, et qui n’a semble-t-il rien changé à leur désertion du marché des collectivités locales.

Du côté des banques, on explique que cette manne n’est pas destinée à prêter directement aux différents segments de l’économie, mais vise seulement à éviter de nouvelles faillites bancaires. « Dexia est morte parce qu’un beau jour, elle n’a plus pu se refinancer sur le marché interbancaire. C’est ce que la BCE a souhaité éviter, et rien d’autre », fait valoir un banquier.
Ce dernier souligne que la durée du LTRO (Long term refinancement operation), limitée à trois ans, interdit, compte tenu des nouvelles contraintes prudentielles, de prêter à 15 ou 20 ans aux collectivités.

Des arguments que conteste Etienne Favre, spécialiste de ces questions chez FCL gérer la cité : « Ces 1 000 milliards étaient destinés certes à rassurer les marchés sur la solvabilité des banques européennes. Mais ils visaient également à permettre aux banques de racheter des dettes souveraines, ce qu’elles font d’ailleurs dans d’excellentes conditions pour elles. Il s’agissait également de leur donner les moyens de s’organiser pour prêter davantage à long terme, ce qu’elles ne font pas, ni aux entreprises, ni aux particuliers, ni aux collectivités », constate l’expert.
Si bien que les banques française préfèrent replacer cette manne, empruntée à 1 % à la BCE, à la même BCE, percevant en retour un taux de 0,25 % et perdant de l’argent au passage, plutôt que de prendre le moindre risque…

Dans cet arbitrage, la prudence exigée par les actionnaires des banques semble bien primer sur le soutien à l’économie. Jusqu’à quand ?

Thèmes abordés

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Banquiers, encore un effort !

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X