Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Finances

Bénéfice net d’1 milliard d’euros de l’Etat sur les collectivités

Publié le 06/12/2007 • Par Marion Cabellic • dans : France

Selon le rapport d’information du sénateur Michel Mercier, publié le 5 décembre au Sénat, le compte d’avances aux collectivités est excédentaire depuis 1996.
L’Etat prélève en effet aux collectivités, pour frais d’assiette et de recouvrement des impôts locaux 2.5 milliards d’euros. S’y ajoutent 2 milliards pour frais de dégrèvement et non valeur. Soit un total de 4.5 milliards d’euros. Or, le coût réel de ces opérations est en fait d’1 milliard d’euros pour l’Etat. Le bénéfice net pour l’Etat est alors de 3.5 milliards d’euros.
En sens inverse, même si le compte d’avances est excédentaire d’environ 500 millions d’euros, le coût pour l’Etat des admissions en non-valeur et des dégrèvements ordinaires est tel que «le compte d’avances, une fois corrigé de ces montants est déficitaire de plus de 2 milliards d’euros en moyenne depuis 2000. Ce à quoi s’ajoute le coût pour l’Etat de l’effet profil (le coût de trésorerie), de quelques centaines de millions d’euros par an».
Total : un bénéfice net pour l’Etat d’environ 1 milliard d’euros. Cependant, le chiffre réel est peut-être encore supérieur. Le rapporteur Michel Mercier avoue en effet ne pas disposer de tous les éléments nécessaires à un juste calcul devant «l’incapacité soudaine du gouvernement à fournir le montant des dégrèvements ordinaires» alors que cela était possible jusqu’en 2002. Or, «les dégrèvements ordinaires pris en compte comprennent en réalité des dégrèvements législatifs, qui correspondent donc à des mesures législatives imposées aux collectivités, le plus souvent contre leur volonté». Si ces dernières n’étaient pas prises en compte, le déficit du compte d’avances serait moindre et le bénéfice net pour l’Etat supérieur à 1 milliard d’euros.

Pour aller plus loin, télécharger le rapport d’information de Michel Mercier (UC-UDF, Rhône), rapporteur spécial des missions «Relations avec les collectivités territoriales» et «Avances aux collectivités territoriales»

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Bénéfice net d’1 milliard d’euros de l’Etat sur les collectivités

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X