Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Logement social

Les loyers HLM sont trop chers et la mixité sociale est mise à mal

Publié le 26/04/2012 • Par Agathe Vovard • dans : A la une, France

Immeubles HLM de loin
PHOVOIR
Les loyers des logements sociaux sont de moins en moins adaptés aux ménages les plus modestes. C’est l’enseignement qu’on peut tirer d’une étude publiée le 16 avril 2012 par le Haut comité pour le logement des personnes défavorisées (HCLPD), qui compare le niveau des loyers pratiqués par les organismes HLM avec celui des plafonds pris en compte dans le calcul des aides au logement (allocation logement et aide personnalisée au logement).

39 % du parc social affiche un loyer non compatible avec les revenus des ménages les plus pauvres. Et les nouveaux logements sont moins accessibles que par le passé : trois quarts des logements sociaux produits aujourd’hui dépassent les barèmes des aides (1).
Alors qu’en ce qui concerne ceux construits avant 1981 (qui représentent plus de la moitié des logements sociaux), seuls 12 % sont supérieurs aux plafonds (et donc 88 % sont plus accessibles).

Autre donnée alarmante : le PLAI (prêt locatif aidé d’intégration) – destiné aux foyers ayant les revenus les plus bas – ne représente que 20 % des nouveaux logements financés alors que 66 % des entrants dans le logement social remplissent les conditions de ressources correspondantes.
Les logements PLUS (prêt locatif à usage social), qui constituent la plus grande part de la production, sont à 73 % au-dessus des barèmes.

Parc accessible surreprésenté dans les ZUS – Et la situation est encore pire concernant les zones urbaines sensibles (ZUS). Le parc le plus accessible étant le parc ancien, il s’y trouve surreprésenté : 85 % des logements en ZUS sont de loyer abordable, d’où une propension à orienter les ménages pauvres vers ces quartiers.

Mais la mission sociale du logement social est « assurée » selon le HCLPD, qui cite notamment cette donnée : « La part des locataires HLM appartenant au premier quartile de revenus, c’est-à-dire aux 25 % les plus pauvres, est passée de 12 % en 1973 à près de 40 % en 2006. » « Ce paradoxe d’un accueil plus social et de loyers qui le sont moins s’accompagne de taux d’effort qui, même s’ils restent très inférieurs à ceux du secteur privé, connaissent néanmoins une réelle augmentation », insiste le Haut comité.

Concentration de la paupérisation – Deux dommages collatéraux toutefois : un déclassement parfois, c’est-à-dire l’attribution à un ménage d’un type de logement inférieur à celui auquel il pourrait normalement prétendre, et une concentration de la paupérisation du parc sur certains territoires.

Face à ces incohérences (les logements produits « ne permettent pas de loger le public auquel ils sont destinés »), le HCLPD appelle de ses vœux à se poser vraiment les questions essentielles : faut-il relever les barèmes des aides personnelles ? Le niveau des aides à la pierre ? Revoir la répartition des loyers au sein du parc ? Agir sur les coûts de construction et comment ?

Cet article est en relation avec le dossier

Thèmes abordés

Notes

Note 01 L’exploitation des données étudiées part d’un présupposé : le barème des aides personnelles (allocation logement ou aide personnalisée au logement) est de nature à permettre la solvabilisation des ménages qui les perçoivent, sous réserve que le niveau de leur loyer réel ne dépasse pas le montant plafond pris en compte dans le calcul de l’aide. Retour au texte

4 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les loyers HLM sont trop chers et la mixité sociale est mise à mal

Votre e-mail ne sera pas publié

Alcide

27/04/2012 09h02

L’étude est intéressante mais n’est-elle pas trop orientée que sur les loyers ? Ne faudrait-il pas plutôt y voir une paupérisation de la population depuis le début des années 80 qui engendre aujourd’hui une impossibilité d’être logé dans le patrimoine HLM ?

Est-ce un problème de HLM ou de pouvoir d’achat des ménages ?

ALIMAS1

27/04/2012 09h57

(09A493A01). LES LOYERS SONT TROP CHERS ! LES SALAIRES SONT TROP BAS ! LES EMPLOIS SONT TROP RARES ! LES AIDES SOCIALES SONT INSUFFISANTES ! ETC. … ! ETC. … ! C’est noble comme sentiment, de VOULOIR le bien-être de tous et en tout cas du plus grand nombre ! Hélas ! Ça n’est que le premier terme de la triade VOULOIR, SAVOIR et POUVOIR. Les communautarismes prolifèrent allègrement ! Les jeunes avec les jeunes ! Les vieux avec les vieux ! Comment concilier les besoins et ressources, réels(es) et différés(es), en milieu rural ? En milieu urbain ? : Des jeunes, des seniors, des anciens, des personnes à mobilité réduite ? Vivant seule ou en nombre ? Décomposée ou recomposée ? Avec ou sans enfant ? Avec ou sans travail ? Avec ou sans aides à la personne à domicile ? Comment assurer la mixité et la mobilité sociale requises, pour l’attribution ou le changement de logement, quand le besoin n’est plus le même ; quand la construction de sa propre famille est à faire ou terminée ? Comment concilier SOLIDARITÉ, ÉQUITÉ et RÉCIPROCITÉ ? Comment différencier «AIDE SOCIALE» et «ENTRAIDE SOLIDAIRE» ? Quel chantier promis aux futurs gouvernants de notre pays … ! Bon courage aux chevaliers du social …

pieri

23/02/2013 03h21

A saint priest les administrateurs des hlm prétendent que c’est dans notre ville que les loyers sont les moins cher formaté qu’ils sont par une municipalité de gauche qui a prit pour habitude de raconter tout et son contraire hors petit a petit les loyers hlm pratiqués sont après rattraper ceux du privé le terme hlm ne veut plus rien dire de nos jours au départ ceci étaient prévu pour des familles a revenus modeste voir plus que modeste la gauche comme la droite fait les mêmes erreurs tous d’accord pour nous plumer.

pg

11/04/2013 04h27

Les tarifs pratiqués par les organismes n’ont rien de modéré.
A Aix-en-Provence, les loyers sont de près de 900€ pour un T4, où allons nous et que fait le gouvernement pour stopper cette spirale infernale et douloureuse pour le porte monnaie des classes modestes et même moyenne. Quand on donne près de la moitié de son salaire dans le logement que reste -t il pour les autres dépenses toutes aussi vitales (gaz, Electricité, assurance, mutuelle et j’en passe). Nous régressons inéluctablement, nous vivons moins bien que nos aînés c’est un fait. L’immobilier est devenue l’affaire des spéculateurs, et l’état participe à cette situation, car les organismes HLM profitent de toutes les niches fiscales et les taux réduits de TVA, mais ne répercutent pas ces avantages dans les loyers et ne tiennent pas comptes des loyers versés lors des cessions des biens. Sans compter les charges somptuaires auxquelles se livrent certaines agglomérations.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X