Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Développement économique

Languedoc-Roussillon. L’Etat et la région favorisent la création d’un pôle chimie

Publié le 20/12/2007 • Par Jean Lelong • dans : Régions

Une convention signée le 19 décembre sous l’égide de l’Etat et de la région Languedoc-Roussillon donne naissance à un pôle chimie pour le développement durable, dénommé «Chimie au service de l’homme et de son environnement».
La démarche associe cinq institutions : les Universités Montpellier 1 et 2, l’Ecole nationale supérieure de chimie de Montpellier, le CNRS et le CEA. Elle vise à renforcer les capacités existantes en matière de recherche, de formation et de transferts de technologie et à donner à l’ensemble régional une visibilité internationale.
Le nouveau pôle fédère aujourd’hui 750 chercheurs, ce qui le classe au troisième rang français derrière Paris et Strasbourg. Il aura pour président Michel Averous, ancien président de l’Université Montpellier 2, et pour vice-président Daniel Constantin, ex-préfet de la région Languedoc-Roussillon.
Un campus sera construit à Montpellier pour accueillir le nouveau pôle. L’Etat et la région ont inscrit dans le contrat de projets 2007-2013 une enveloppe de 41 millions pour cette réalisation. L’investissement global pourrait atteindre 60 à 70 millions d’euros.
Le nouveau campus sera installé sur le site occupé actuellement par l’Etablissement français du sang, entre le CNRS et l’Université Montpellier 2. Il aura également pour base physique le site de Marcoule, qui accueille depuis peu un institut de chimie séparative.
Une démarche sera engagée par ailleurs auprès de l’Etat pour obtenir la reconnaissance de la chimie en Languedoc-Roussillon comme Réseau thématique de recherche avancée (RTRA).

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Languedoc-Roussillon. L’Etat et la région favorisent la création d’un pôle chimie

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X