Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Politique de la ville

Présidentielle – Politique de la ville : Main dans la main pour les quartiers défavorisés

Publié le 16/04/2012 • Par Hervé Jouanneau • dans : Dossiers d'actualité, France

Face à une situation préoccupante, grandes associations d’élus et réseaux professionnels font front commun.

Cet article fait partie du dossier

Ce que les collectivités attendent des candidats

Cinq ans après la promesse non tenue d’un « plan Marshall pour les banlieues », les associations d’élus se disent décidées à ne pas voir la politique de la ville reléguée au second plan de l’élection présidentielle. C’est le sens du « Manifeste pour une nouvelle politique de la ville » porté le 3 avril par l’Association des maires de grandes villes de France (AMGVF), l’Association des communautés urbaines de France (Acuf) et l’Association des maires ville et banlieue de France (AMVBF).

Loi de programmation – Le constat dressé par les trois associations se veut alarmant : « En ce début d’année 2012, la situation des banlieues est particulièrement préoccupante et la profonde crise que nous traversons creuse encore un peu plus le fossé social qui sépare les habitants des quartiers défavorisés du reste de la population : près d’un tiers des habitants des zones urbaines sensibles vit sous le seuil de pauvreté, soit un taux trois fois supérieur à celui de leurs agglomérations », s’inquiètent les élus locaux.

Pour y faire face, dans leur document adressé à l’ensemble des candidats à la présidentielle, ils appellent à la création d’un « ministère d’Etat à l’égalité des territoires et à la cohésion sociale », directement rattaché au Premier ministre, et au « vote dès 2013 d’une loi quinquennale de programmation fixant les objectifs et les moyens de la politique de la ville ».

Parmi les priorités fixées par les élus locaux : l’éducation (avec la pérennisation des programmes de réussite éducative et des écoles des parents), le développement économique et l’emploi (notamment grâce au maintien des zones franches urbaines) et la poursuite du Programme national de renouvellement urbain.

Cet appel en réseau reprend en grande partie les « 120 propositions » de l’AMVBF, présentées en mars comme « un véritable programme national » décliné sur l’ensemble des thématiques de la politique de la ville. Au-delà des mesures thématiques, qui visent aussi bien l’éducation, l’emploi et la santé que la sécurité, le logement ou la laïcité, les élus de banlieue avaient alors largement insisté sur la solidarité financière et la nécessité de doubler la péréquation : « 1 % des communes les plus riches dispose de 45 fois plus de pouvoir d’achat que 1 % des plus pauvres. »

Autres chantiers évoqués : la remobilisation des moyens de droit commun et l’instauration d’un « contrat unique qui allie l’urbain et l’humain, et dont le maire sera la cheville ouvrière ».

Renforcer la solidarité – Les acteurs de terrain ne sont pas en reste, avec la « lettre ouverte » adressée aux candidats par l’Inter-réseau des professionnels du développement social urbain. L’IRDSU propose neuf mesures fortes « pour changer la vision de la politique de la ville et des autres politiques publiques ». Partant d’un « constat alarmant », il plaide notamment pour un changement du discours politique dans les quartiers, la préservation des services publics et le renforcement de la solidarité entre les villes.
Les professionnels veulent aussi une relance des politiques de l’emploi, de l’éducation et de la santé, ainsi que l’amélioration de la gouvernance locale, politique et technique autour d’un « projet de territoire durable ».

Education – Une priorité pour les banlieues

Dans les 120 propositions en faveur des quartiers difficiles dévoilées le 8 mars par l’association d’élus Ville et banlieue (AMVBF), l’éducation se taille la part du lion. Quatorze mesures relèvent en effet de ce champ. Parmi les propositions phares : doter l’éducation prioritaire de 100 % de moyens supplémentaires par élève, contre 7 % aujourd’hui ; relancer la socialisation et la scolarisation à partir de 2 ans ; abaisser l’âge de l’obligation scolaire à 5 ans ; renforcer l’apprentissage de la langue et de l’expression française en primaire pour les enfants d’origine étrangère.

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Présidentielle – Politique de la ville : Main dans la main pour les quartiers défavorisés

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X