Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Finances

Culture et financements privés : la mise en garde de la FNCC

Publié le 18/04/2012 • Par Hélène Girard • dans : A la une, France

place_bordeaux-3-graces
Phovoir
La Fédération nationale des collectivités territoriales pour la culture (FNCC) estime que les partisans du financement de la culture par des fonds privés surestiment le potentiel de cette « manne ». Elle craint, dans un communiqué du 13 avril 2012, qu’un « doute » s’insinue sur la « responsabilité majeure » des acteurs publics et met en garde ces derniers contre toute tentation de renoncement.

 

Dans un communiqué diffusé le 13 avril, la Fédération nationale des collectivités territoriales pour la culture (FNCC) s’inquiète de voir préconisé, « rapport après rapport », le recours aux financements privés.
L’association d’élus fait notamment référence aux récents travaux sur le développement du mécénat, le financement du spectacle vivant et le soutien aux librairies indépendantes.

« Une manne d’argent privé est convoitée », constate la FNCC, qui redoute qu’un « doute » s’insinue « quant à la nécessité de l’engagement public en faveur de la culture et des arts ».
Doute qui se serait déjà installé chez certains, selon le président Philippe Laurent : « Ce qui nous fait réagir, c’est la concomitance entre la publication de ces rapports successifs et les résultats de l’enquête BVA-Orange-SACD, qui montre que 29 % des Français pensent que le financement privé de la culture doit être développé en priorité. C’est 11 points de plus qu’en 2007 ! Cela nous a beaucoup inquiétés. »

Or, plaide la FNCC dans son communiqué, depuis le programme du Conseil national de la résistance jusqu’à la numérisation du patrimoine, en passant par la loi sur le livre unique ou l’effort en faveur du développement des musiques actuelles, « la France a affirmé la responsabilité majeure de l’implication des pouvoirs publics pour les arts et la culture ».

Certains se leurrent sur les potentiels – « Nous ne sommes pas opposés, par principe, à l’introduction de fonds privés dans le secteur culturel, nuance Philippe Laurent. Mais nous pensons que certains se leurrent sur leurs potentiels, compte tenu des mentalités et de la fiscalité françaises. En aucun cas, et contrairement à ce que laissent croire ces rapports successifs, il ne peut s’agir d’une solution miracle. Nous redoutons qu’à la longue, ce type d’arguments n’encourage certains acteurs publics à renoncer à leurs engagements financiers, par facilité. »

2 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Culture et financements privés : la mise en garde de la FNCC

Votre e-mail ne sera pas publié

ALIMAS1

19/04/2012 07h02

(09A487A01). LE QUESTIONNEMENT EST À FAIRE EN FONCTION DU MONDE D’AUJOURD’HUI. Le nerf de la guerre étant l’argent, quels sont les financeurs et les bénéficiaires du système culturel français ?
Pour faire court, je dirais qu’il y a deux financeurs :
PUBLIC
PRIVÉ.
Et trois catégories de bénéficiaires, selon leurs capacités financières :
BASSE.
MOYENNE.
SUPÉRIEURE.
Note : La catégorie dite «supérieure», n’ayant pas, en principe, recours aux financements publics pour sa «consommation» de culture, mais bénéficiant des équipements et du patrimoine culturel public et privé.

Quelle catégorie de personnes, dispose de suffisamment de temps et d’argent, pour les consacrer à leur culture et aux divertissements nécessitant des déplacements ?
J’ai reçu, récemment, un texte émanant d‘une personne de 45 ans, de capacité financière basse, trois enfants quasiment élevés, habitant la province, éloignée des centres culturels, qui m’écrivait ceci : La culture ? Oui ! Mais celle d’aujourd’hui, avec les technologies d’aujourd’hui ! L’égalité sera mieux répartie, si les pouvoirs publics développent l’ACCESSIBILITÉ, via Internet.

Internet doit nous permettre de consommer, sans bouger de chez nous, les événements culturels du temps présent et les visites et consultations des patrimoines culturels du temps passé. C’est ça, qu’il faut développer et rendre performant. Les visites de musées et spectacles en vrai, c’est maintenant, à 45 ans, que je peux les envisager, mais encore rarement. Probablement qu’à ma retraite, je pourrais en faire un usage de passe-temps … ! Chaque chose en son temps et un temps pour chaque chose ! Je vois là, une orientation de bon sens.

Si donc, les financeurs privés, veulent, savent et peuvent apporter leurs contributions, je n’y vois que des avantages, ne serait-ce qu’au niveau des économies de dépenses publiques, à tous les strates (Europe, État, Régions, Département, Communes, Syndicats d’initiatives, etc. …).

christophe

20/04/2012 01h16

Je partage l’analyse de l’article : le privé ne se substituera pas au public, il viendra le compléter, attention donc aux désengagement sous-jacents.

Je ne voudrais pas voir en France un directeur de musée brûler les oeuvres dont il a la charge pour attitrer l’attention sur une situation désespérée et désespérante…

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X