Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

énergie

La CGT défend le monopole public national de la distribution d’électricité et de gaz

Publié le 18/04/2012 • Par Olivier Schneid • dans : France

La Fédération nationale Mines-Energie de la CGT (FNME-CGT) a publié mardi 17 avril 2012 un « Livre rouge » intitulé « Quel mode de gestion pour les services publics de distribution de l’électricité et du gaz ». Elle y défend les vertus d’un monopole public national, seul à même d’assurer un aménagement équilibré du territoire, juge-t-elle.

Un Livre rouge pour répondre à un Livre blanc : la FNME-CGT a, mardi 17 avril 2012 à Paris, présenté son projet pour les services publics de distribution de l’électricité et du gaz comme « une réponse » au Livre blanc publié en novembre 2011 par la Fédération nationale des collectivités concédantes et régies (FNCCR).

D’accord sur le constat – un service public en perte de vitesse –, les deux parties se divisent sur le chemin à suivre pour atteindre un objectif commun : la satisfaction de l’intérêt général.

« Des interrogations légitimes », mais… – « Les demandes et interrogations de la FNCCR sont légitimes, précise ainsi Lilian Rizzon, membre du secteur de la distribution à la FNME-CGT. Elle note une dégradation de la qualité du réseau dans les années 2000, la CGT aussi. Mais depuis deux ans, la tendance s’inverse avec une reprise de nos investissements. Alors, pourquoi crier haro sur ERDF ? »

Et il critique un Livre blanc « à charge ». « Dix ans de sous-investissement ont en effet nui à la qualité du service, reconnaît son collègue Bruno Bosquillon. Mais les autorités concédantes peuvent elles aussi investir grâce aux redevances qu’elles perçoivent de leur concessionnaire, aux sommes allouées par le Fonds d’amortissement des charges d’électrification (Facé) et à la taxe locale sur l’électricité… »

Solidité du national vs fragilité du local – « La reprise éventuelle par les collectivités sous forme de régie ou de société d’économie mixte locale (SEML) suggérée par la FNCCR est-elle une solution ? Très clairement non, poursuit Lilian Rizzon. Car il faut avoir les reins solides sur les plans financier et technique pour assumer la mission de concessionnaire en toutes circonstances, par exemple lors d’une tempête. »

Et il cite le cas de la Gironde, en 1999, lorsque l’entreprise locale de distribution (ELD) a « connu une situation critique conduisant à une prise de contrôle par EDF. Si on n’avait aujourd’hui que de petites entités, leur capacité à résister à des aléas climatiques serait faible et le système risquerait de s’effondrer. »

Fausse bonne idée – « Lorsque les collectivités locales pensent que reprendre la main est la réponse pour mieux développer leurs réseaux de distribution, elles se trompent, c’est une fausse bonne idée, renchérit Marie-Claire Cailletaud, porte-parole de la FNME-CGT. Car, au regard des investissements encore à accomplir, il faut surtout ne pas casser l’optimum économique que représente le monopole national. »

« Or, la fin de ce monopole national, ce serait aussi la fin de la péréquation tarifaire et d’un aménagement du territoire équilibré », soutient-elle… en phase avec la FNCCR, d’ailleurs à plusieurs reprises citée par la CGT dans son Livre rouge pour appuyer ses arguments !
Notamment lorsque la FNCCR voit en une ouverture à la concurrence des concessions une menace pour la péréquation tarifaire et donc la solidarité entre les territoires, en particulier urbains et ruraux.

Un même objectif, deux voies pour y parvenir – Lorsqu’elle plaide la cause d’un service public national qui a « permis l’accès à l’électricité de l’ensemble de la population, a participé au décollage économique des Trente Glorieuses et a été un élément incontournable de l’aménagement du territoire en contribuant à limiter les fractures territoriales », de même que lorsqu’elle déplore une libéralisation du secteur de l’énergie se traduisant par « une désorganisation du système, tiraillé entre objectifs financiers de court terme et besoins d’investissements de long terme », la FNME-CGT partage le regard de la FNCCR… sur le passé.

En revanche, quand l’une dessine l’avenir avant tout sous les couleurs d’un service public national puissant, l’autre l’envisage d’abord sous celles de services publics locaux renforcés. Deux voies qui ne sont cependant pas nécessairement divergentes.

Pour convaincre les élus de collectivités du bien-fondé de son discours, le syndicat va dans un premier temps leur envoyer son Livre rouge. Il leur donne ensuite rendez-vous en novembre 2012, à l’occasion du prochain Congrès des maires de France.

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

La CGT défend le monopole public national de la distribution d’électricité et de gaz

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X