Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
  • Accueil
  • Actualité
  • France
  • Pierre Jarlier, sénateur : « Une nouvelle organisation de l’ingénierie territoriale est nécessaire »

URBANISME

Pierre Jarlier, sénateur : « Une nouvelle organisation de l’ingénierie territoriale est nécessaire »

Publié le 16/04/2012 • Par Aurélien Hélias • dans : France • Source : Courrier des maires.fr

La délégation sénatoriale aux collectivités a confié le 24 janvier 2012 à Pierre Jarlier (Union centriste) l'animation d'un groupe de travail sur l'avenir de l'ingénierie publique en matière d'urbanisme. Exercice du droit des sols par les collectivités territoriales face au désengagement de l'Etat, gestion des politiques de planification en lien avec le Grenelle de l'environnement, politiques locales d'aménagement... à mi-chemin de sa mission, le sénateur du Cantal et maire de Saint-Flour dresse un constat de la situation et livre ses premières pistes pour adapter l'ingénierie publique aux besoins locaux.

Quels sont les enjeux en matière d’ingénierie publique locale ?

Les maires vont être confrontés à court terme à de vraies difficultés, comme l’exercice du droit des sols(1) qui leur incombe désormais, alors que l’Etat l’assurait encore jusqu’à maintenant dans de nombreuses collectivités, notamment les plus petites.

Certes, la loi impose à l’Etat de poursuivre l’aide aux communes de moins de 10 000 habitants, mais le nombre de fonctionnaires dédiés va passer de 3 600 en 2012 à 3 000 en 2013 !

Les collectivités doivent-elle faire face à d’autres défis en matière d’urbanisme ?

L’autre constat est celui de politiques de planification de plus en plus complexes, car elles nécessitent un nombre croissant de compétences diversifiées en matière de déplacement, d’habitat et de développement durable.

Dans le secteur de l’urbanisme, les moyens d’ingénierie territoriale sont essentiellement issus du privé ou des agences d’urbanisme. Mais sur certaines parties du territoire, les élus sont confrontés à un véritable désert d’ingénierie !

Par ailleurs, en matière d’aménagement, les communes du secteur rural bénéficient de l’intervention des services techniques de l’Etat. Mais ces missions ne sont plus assumées dans le domaine concurrentiel.

Comment répondre alors aux besoins d’ingénierie des collectivités en matière d’urbanisme ?

Une nouvelle organisation de l’ingénierie territoriale est nécessaire pour mener à bien les politiques de développement. On peut imaginer qu’au niveau local, l’échelle intercommunale sera vraisemblablement la bonne pour l’exercice du droit des sols et la planification.

Au niveau territorial, c’est à l’échelle du département ou des grands bassins de vie que devrait se traiter la question de l’urbanisme.

Enfin, une échelle interrégionale s’impose pour la mise en œuvre des grandes stratégies de l’Etat en matière d’aménagement du territoire et de développement durable.

Quels sont les obstacles à une telle « redistribution » des cartes de l’ingénierie publique ?

Nous devrons nous interroger sur l’organisation de l’ingénierie publique à proposer demain en lien avec la clarification des compétences des collectivités. Il faudra aussi tenir compte des moyens humains existants au sein des services de l’Etat et se poser la question de la possible intégration de ces agents dans les collectivités, car en matière de droit des sols, on n’est pas allé au bout de la décentralisation…

Quel est désormais le calendrier de votre groupe de travail ?

Nous concluons actuellement les auditions sur lesquelles s’appuieront des propositions à soumettre à la délégation sénatoriale aux collectivités avant la fin du premier semestre, c’est-à-dire avant la reprise de la session parlementaire.

Cet article est en relation avec le dossier

Notes

Note 01 Gestion des documents d'urbanisme, instruction des autorisations d'urbanisme telles que les permis de construire, déclarations de travaux, etc. Retour au texte

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Pierre Jarlier, sénateur : « Une nouvelle organisation de l’ingénierie territoriale est nécessaire »

Votre e-mail ne sera pas publié

Chérel Paul

17/04/2012 09h48

Pour avoir été maire-adjoint pendant 6 ans, avoir discuté de l’établissement du POS, avoir participé au projet de réhabilitation de l’usine de traitements déchets, je peux dire que tous les services d’ingéniérie de l’Etat ou organismes sous contrôle de l’Etat intervenant à des titres divers dans ces opérations ne m’ont pas donné une grande admiration de leurs compétence tant techniques qu’économique. Tous ces intervenants n’ont pour bible que leurs codes divers, sclérosés et inadaptés aux évolutions de la vie moderne. Les maires, et cela vaut tout autant pour les conseils régionaux et départementaux, tireraient davantage de bénéfices en utilisant directement les compétences de ceux qui savent, qui innovent, qui inventent, qui exploitent, Comme ces personnages élus n’ont évidemment pas les compétences voulues dans tous les domaines, rien de mieux que de se faire épauler par des conseils privés et de prendre des décisions de bons sens, en âme et conscience. L’exemple des travaux et projets routiers est significatif à cet égard ; à quoi servent réellement les DD ? Paul Chérel

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X