Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

FINANCES

La Seine-Saint-Denis fait appel au partenariat public-privé pour ses collèges

Publié le 10/04/2012 • Par Marion Kindermans • dans : Régions

Le département dirigé par Claude Bartolone (PS) a signé jeudi 5 avril 2012 un contrat en PPP avec les entreprises Fayat et Eiffage pour 12 collèges.

Le vote a nécessité, au sein de l’assemblée départementale, le 15 mars dernier, plus de 5 heures de débat. Finalement, acculé par un état financier extrêmement difficile et une démographie locale galopante, puisque d’ici 2014, 2 000 collégiens supplémentaires sont attendus, le conseil général de la Seine-Saint-Denis a décidé de faire appel au contrat de partenariat public-privé (PPP) pour financer son besoin de nouveaux collèges.

Jeudi 5 avril, le département a donc signé trois contrats en PPP avec les entreprises de BTP Eiffage et Fayat. Ces contrats doivent permettre la construction de 12 collèges, 8 équipements sportifs dont une piscine, 5 cuisines centrales et 1 internat.

40 % de participation du département – Le coût de ces contrats s’élève à 350 millions d’euros, dont 62,5 % de fonds publics. Le conseil général participera à hauteur de 40 %, soit 137 millions d’euros.
La Caisse des dépôts et consignations financera 6 collèges sur 12.

Par ailleurs, le conseil général paiera aux groupes Eiffage et Fayat un loyer de 20 millions d’euros par an à compter de 2015 pendant 20 ans.

Le groupe Eiffage a remporté un contrat de 8 collèges et le groupe Fayat un de 4 collèges. La livraison est prévue pour 2014. « La Seine-Saint-Denis est dans un contexte budgétaire unique. La solidarité nationale ne fonctionne pas. On fait payer les moins aisés pour les plus pauvres ! Il fallait pourtant pouvoir répondre au défi éducatif et assumer notre responsabilité d’offrir un cadre éducatif de qualité à tous les enfants de ce département », a expliqué Claude Bartolone le 15 mars pour justifier le vote de l’assemblée départementale.

Plan exceptionnel d’investissement de 723 millions – Ces PPP représentent un peu moins de la moitié de l’investissement prévu pour le plan de construction des collèges.
En octobre 2010, le conseil général a en effet voté un Plan exceptionnel d’investissement (PEI) en faveur des collèges d’un montant de 723 millions d’euros (6 nouveaux collèges, 11 gymnases, 1 piscine, 9 cuisines centrales, et la rénovation/construction de 15 collèges et un plan numérique).

Le club des PPP, qui regroupe entre autres tous les grands du BTP, s’est félicité de cette décision du conseil général, qui a surpris, compte tenu de l’étiquette politique de son président.
Plusieurs départements français ont pourtant sauté le pas des PPP pour financer leurs collèges : c’est le cas de l’Yonne, des Hauts-de-Seine, de la Sarthe ou du Loiret.

Cet article est en relation avec le dossier

Régions

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

La Seine-Saint-Denis fait appel au partenariat public-privé pour ses collèges

Votre e-mail ne sera pas publié

Albacore21

11/04/2012 08h09

Je suis étonnée mais cela confirme la problématique récurrente de la décentralisation, en fait chaque département se « démer… » avec ses moyens, bien évidemment que l’Etat devrait intervenir afin que le territoire français offre une égalité d’éducation et de moyens. Symboliquement : les pauvres du 93 vont louer comme tous les pauvres qui n’accèdent jamais à la propriété. Tout cela parce qu’on a décentralisé avec des barons locaux

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X