Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Entre personnalisation des parcours et uniformisation de l’école, l’éducation réactive les clivages

Publié le 05/04/2012 • Par Michèle Foin • dans : France

L’école est-elle la « promotion de l’excellence », comme le conçoit Nicolas Sarkozy ? La « réussite pour tous », comme le souhaite François Hollande ? La campagne oscille entre ces deux visions diamétralement opposées.

Deux conceptions de l’éducation s’affrontent dans la campagne présidentielle.
A droite, la personnalisation des parcours est au cœur des projets, avec une différentiation des programmes, des moyens, des pédagogies mises en œuvre, ainsi qu’une sortie du collège unique.
A gauche, les candidats prônent une école uniforme, avec un socle commun de compétences pour tous, au moins jusqu’à la fin du collège.

Un clivage qui se répercute au niveau des moyens. L’UMP entend poursuivre le non remplacement d’un fonctionnaire sur deux dans le secondaire, le MoDem assouplir cette règle et le FN la supprimer.

Sans surprise, aucun candidat de droite n’envisage de recréer des postes supprimés durant le précédent quinquennat. L’UMP propose même d’augmenter de 25 % le temps de travail des enseignants du second degré qui le souhaitent contre 500 euros de plus par mois, ces huit heures supplémentaires étant du « temps de présence » dans les collèges et lycées, pour soutenir les élèves en difficulté, et recevoir leurs parents.
Une mesure accompagnée par la création de nouveaux bureaux pour faciliter ces échanges.

Restaurer l’année de formation en alternance – A gauche en revanche, les candidats veulent recréer des postes : le Front de gauche rétablirait tous les postes supprimés dans l’éducation depuis 2007, le PS en recréerait 60 000 en 5 ans, et Europe Ecologie Les verts, 20 000.
Quant à la formation des enseignants, l’échec cinglant de la réforme de 2009 pousse la majorité des candidats, hormis l’UMP, à envisager de restaurer l’année de formation en alternance.

Préserver l’école primaire – L’importance des premières années d’école dans la lutte contre l’échec scolaire est reconnue explicitement par l’UMP comme par le PS.
Nicolas Sarkozy (UMP) promet ainsi de « sanctuariser » l’école primaire en la dispensant, dès la rentrée prochaine, de la règle du non remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite.
François Hollande (PS) veut consacrer une grande part des effectifs supplémentaires au renforcement du taux d’encadrement en petite section de maternelle, en CP et en CE1.

Alléger les rythmes scolaires – Hormis Jean-Luc Mélenchon (Front de gauche) et Marine Le Pen (FN) qui n’entendent pas diminuer le temps des apprentissages, les candidats s’accordent sur la nécessité d’alléger la semaine de l’écolier.

Pour François Bayrou, la semaine des élèves « ne devrait pas dépasser une trentaine d’heures, devoirs compris ». Nicolas Sarkozy compte encourager la concertation entre écoles, collectivités et parents d’élèves, pour faire adopter la semaine de 4 jours et demi.

Pour Eva Joly (EELV), les rythmes scolaires doivent être mis en cohérence avec les rythmes de vie locaux, en concertation avec les partenaires éducatifs (élus, équipes pédagogiques, parents, associations…).
François Hollande compte quant à lui imposer un retour à la semaine de 4 jours et demi, tout en allongeant l’année de deux semaines de cours. Il promet une concertation avec les collectivités pour faire évoluer l’articulation entre temps scolaire et temps éducatif.

La scolarisation des enfants de 2 ans en question

Le taux de scolarisation des enfants de deux ans ne cesse de diminuer depuis de nombreuses années. De 34,8 % en 2000, il est passé à 13,6 % en 2010. François Hollande (PS), Eva Joly (EELV), et Jean-Luc Mélenchon (Front de gauche) entendent inverser la tendance. « Il faut se redonner les moyens de remonter à plus de 30 % le taux de scolarisation des enfants entre 2 et 3 ans », martèle François Hollande, qui envisage de rendre l’école obligatoire dès 3 ans, tout comme Jean-Luc Mélenchon. Eva Joly veut quant à elle « garantir aux familles qui le souhaitent la possibilité de scolariser leur enfant dès 2 ans, et ce en priorité dans les zones d’éducation prioritaire ». Si Jean-Luc Mélenchon et Eva Joly défendent fermement l’école maternelle, ils se sont aussi prononcés pour la création d’un service public de la petite enfance, les écologistes s’engageant à créer 400 000 places en accueil collectif.

Ces élus qui donnent priorité à l’éducation

L’appel de Bobigny, collectif à l’initiative du Réseau français des villes éducatrices, rassemble une centaine de maires signataires, ainsi que diverses associations (dont l’Association nationale des directeurs d’éducation des villes : Andev), mouvements d’éducation populaire et syndicats de l’éducation. Il défend un grand projet national pour l’enfance et la jeunesse.

L’association d’élus Ville et Banlieue a dévoilé le 8 mars ses 120 propositions en faveur des quartiers difficiles. Avec 14 propositions, l’Education constitue l’une des priorités pour les banlieues.

Cet article fait partie du Dossier

Education, formation, emploi des jeunes : des sujets annexes ?

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Entre personnalisation des parcours et uniformisation de l’école, l’éducation réactive les clivages

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X