Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Hébergement

L’Igas pointe les faiblesses des services intégrés d’accueil et d’orientation

Publié le 02/04/2012 • Par Agnès Thouvenot • dans : France

Dans un rapport publié ce lundi 2 avril 2012, l’Inspection générale des affaires sociales (Igas) dresse un bilan sans concession de la mise en œuvre des services intégrés d'accueil et d'orientation (SIAO), sous la direction de Dorothée Imbaud et Marine Jeantet.

Mis en œuvre dans le cadre de la réforme de l’hébergement, les services intégrés d’accueil et d’orientation (SIAO) ont pour objectif d’améliorer l’accueil, l’évaluation, l’orientation et la prise en charge des personnes sans abri. La mission du SIAO est « d’organiser la réponse en fonction des besoins de l’usager et non en fonction de la seule disponibilité des places ». Dans un rapport publié ce lundi 2 avril, l’Inspection générale des affaires sociales (Igas) établit des conclusions sévères sur la mise en œuvre effective de ces services : seuls 18 départements disposent d’un SIAO pleinement effectif à la fois sur la partie urgence et sur la partie insertion – ce qui représente 21% de la capacité nationale d’hébergement.

Manque de visibilité – Les raisons sont multiples : d’une part, « la montée en charge d’un système d’information commune et la capacité des acteurs locaux à l’alimenter de façon homogène » ne permettent pas ni aux services de l’Etat ni aux acteurs locaux de visibilités nouvelles et consolidées de la demande d’hébergement. De ce point de vue là, « le pari n’est pas encore gagné », indiquent les auteures du rapport dans leur synthèse. D’autre part, le rapport émet un doute sur la cohérence du SIAO avec les dispositifs existants.

Si le volet urgence doit être mieux mis en œuvre, la critique des auteures du rapport se porte davantage sur le volet insertion des SIAO : seuls 40% des SIAO sont opérationnels sur ce volet là, c’est à dire qu’ils centralisent les demandes d’hébergement, disposent d’une grille unique d’évaluation des demandes et d’une commission partenariale qui oriente les personnes.

Alors que la vocation du SIO est d’améliorer la fluidité entre l’hébergement et le logement, le lien entre le SIAO et « le secteur du logement est trop faible ». A ce titre, le rapport met en évidence que seuls trois SIAO ont formellement établi des liens avec les bailleurs sociaux. Toutefois, de nombreux SIAO étaient au moment de l’enquête de l’Igas en cours de démarche avec les bailleurs sociaux.

Communication défaillante Etat-collectivités – Quant au dialogue avec les collectivités locales, l’Igas souligne un déficit de communication de la part de l’Etat : « les conseils généraux n’ont pas été associés à la mise en place du SIAO. Ils disposent de très peu d’informations et s’interrogent : « C’est confus, ce n’est pas clair, on ne voit pas la différence entre l’hébergement et le logement. C’est un dispositif flou et non optimisé ». Souvent, le SIAO est considéré comme centré sur les sans abri et n’est pas du tout compris comme un outil d’insertion et d’accès au logement pour les mal logés. »

Enfin, le rapport note ce que les collectivités locales et les associations ne cessent de dénoncer depuis la mise en œuvre de la réforme : l’Etat n’a pas les moyens de piloter cette politique ambitieuse. « L’inter ministérialité est un échec. La coordination entre les secteurs du logement et de l’hébergement n’a jamais été effective entre les directions départementales de l’action sanitaire et sociale et les directions départementales de l’équipement et ne l’est toujours pas aujourd’hui entre les DDCS et les Dreal. Chaque service travaille encore en tuyaux d’orgue et il n’y a pas de mutualisation des moyens sur le terrain. La coordination au sein de l’Etat reste à parfaire ».

Les deux principales préconisations du rapport :

Pour la mission, les SIAO joueront en 2012 leur crédibilité et leur légitimité sur deux aspects qu’il est urgent de développer :

  • La mise en place d’une observation sociale qui permettra un diagnostic partagé avec les acteurs et l’adaptation de l’offre d’hébergement, ainsi que la production d’indicateurs de performance, nécessaires pour mesurer l’efficience des politiques mises en place ;
  • Leur capacité à organiser une véritable fluidité vers le logement, qui passe, outre la mise en place de partenariats avec les bailleurs, par une simplification des procédures d’accès au logement social et une identification précise et commune des personnes prioritaires.

Références

Bilan de la mise en oeuvre des services intégrés d’accueil et d’orientation (SIAO) - Rapport de l'Igas (février 2012)

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

L’Igas pointe les faiblesses des services intégrés d’accueil et d’orientation

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X