Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

finances locales

Chartres va lever de l’argent auprès d’une banque chinoise

Publié le 22/03/2012 • Par Jean-Jacques Talpin • dans : Actualité Club finances, Régions

Faute de trouver des crédits à long terme pour financer ses investissements, la ville va passer un accord avec la China Development Bank qui pourrait apporter jusqu’à 350 millions d’euros.

« Nous espérons signer un mémorandum dans les prochaines semaines : Chartres serait alors la première collectivité française à lever de l’argent auprès d’une banque chinoise ».
Frank Masselus, adjoint (UMP) aux finances de Chartres est rentré mi-mars 2012 d’une délégation en Chine où il a négocié un accord pour lever une importante quantité d’argent.

750 millions d’euros d’investissements à moyen terme – « A moyen terme, explique-t-il, nous avons plus de 750 millions d’euros d’investissements prévus et au moins 350 d’ici à trois ans et nous n’arrivons plus à emprunter sur le long terme auprès de banques françaises ».

Jean-Pierre Gorges, député-maire (UMP) de Chartres considère l’argent « comme une matière première au même titre que les autres ». Pas d’état d’âme donc pour conclure avec des banquiers chinois.

Les négociations sont ainsi bien avancées avec la China Development Bank qui financerait la ville projet par projet. Le premier pourrait être celui de la station d’épuration (50 millions d’euros) avant la construction d’un parc des expositions et de différents projets urbains notamment autour de la gare.

Trouver une banque française sur laquelle s’appuyer – Mais pour conclure cet accord sino-chartrain, Franck Masselus doit avant tout séduire… les banques françaises.
« Les Chinois ne veulent pas créer d’équipe ou de structure en France ; ils souhaitent au contraire s’appuyer sur une banque française qui jouerait ainsi le rôle de courtier », poursuit l’adjoint aux finances.
Il a ainsi contacté plusieurs banques (Dexia, Arkéa, BPCE, Crédit agricole) pour jouer ce rôle de banque relais qui prendrait naturellement une commission.

Par-delà les taux (confidentiels) proposés, l’avantage de cet argent chinois reposerait sur des engagements d’au moins 25 ou 30 ans alors que l’offre bancaire nationale ne dépasse plus les 15 ans avec des taux supérieurs à 5 %.

L’accord devrait être signé avec les Chinois dès le partenaire français retenu.

Cet article est en relation avec le dossier

Thèmes abordés

2 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Chartres va lever de l’argent auprès d’une banque chinoise

Votre e-mail ne sera pas publié

ssrw38

22/03/2012 05h13

Qui a dit « acheter français » ?
Si pour emprunter avant d’acheter on doit se tourner vers la Chine….
la boucle est bouclée !

antigone21

23/03/2012 10h06

Une banque est une banque, le problème reste cette prolixité d’investissement mal ciblé qui prend tous les élus. A part des centres commerciaux, de congrès, des routes ils répondent à l’adage devenu stérile quand le bâtiment va tout va, certes ils pensent ainsi à court terme sauvegarder sur leur territoire de l’emploi « non délocalisable ». Mais à long terme ils ne laissent que des dettes et des routes sans voitures ni carburant!!!

Commenter
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X