Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

fonction publique

Les jeunes restent attirés par la fonction publique… mais veulent de plus justes rémunérations

Publié le 20/03/2012 • Par Emmanuelle Quémard • dans : A la une, A la une emploi, A la Une RH, Actu Emploi, France, Toute l'actu RH • Source : Emploi public.fr

Formation_cours_adulte
Getty Images
Face à un marché de l’emploi morose, les jeunes seraient-ils prêts à embrasser les carrières de la fonction publique ? Selon une enquête Ipsos/Logica Business Consulting réalisée pour emploipublic.fr et Le Monde, 73 % des 601 personnes interrogées, âgées de 15 à 30 ans, répondent par l’affirmative plaçant les fonctions publiques d’Etat (37 %) et territoriale (34 %) en tête. Un chiffre en recul de deux points par rapport à l’enquête menée en 2004 mais qui témoigne de l’attractivité toujours forte de la fonction publique.

La fonction publique et les fonctionnaires sont d’ailleurs au cœur des débats de la campagne présidentielle. Concernant la proposition du candidat PS François Hollande – la création sur 5 ans de 60 000 postes au sein de l’Education nationale –, les jeunes interrogés sont 86 % à la considérer comme souhaitable, mais seulement 39 % estiment qu’elle est réaliste.

Ils se prononcent, en outre, à 52 % pour la stabilisation des effectifs. Et 53 % d’entre eux pensent que le maintien du non remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite, lié à la Révision générale des politiques publiques (RGPP), n’est pas souhaitable.

L’étude démontre, par ailleurs, qu’hormis la garantie de l’emploi, perçue comme le principal avantage à intégrer la fonction publique (59 %), les autres sources de motivation arrivent loin derrière.
Possibilité d’évolution de carrière, intérêt des métiers, conditions de travail, niveau des rémunérations…, les avantages et intérêts des métiers de la fonction publique sont en net recul par rapport à 2004.

Perspectives d’évolution meilleures dans le privé – Le niveau de rémunération apparaît pour 34 % des jeunes sondés comme le principal frein à l’entrée dans la fonction publique (cet élément arrivait en 5e position en 2004), le risque d’être nommé loin de chez soi arrivant juste derrière (33 %), de même que la nécessité de passer un concours (31 %).
La crise économique et la précarité grandissante des emplois semblent avoir remis la question du pouvoir d’achat au centre de leurs préoccupations.

Parmi les éléments de satisfaction reconnus par les personnes interrogées (et les incitant à choisir la fonction publique), l’équilibre de vie, les conditions de travail et l’épanouissement professionnel sont mis en avant, après les avantages sociaux toutefois.

L’idée que les jeunes se font du bien-être au travail dans le public ne tient sans doute pas compte d’une réalité plus complexe révélée notamment par plusieurs enquêtes.
La rémunération et la reconnaissance des compétences demeurent aussi un maillon faible pour les jeunes générations.

Pour autant, les jeunes auraient-ils pour le secteur privé les yeux de Chimène ? S’agissant des perspectives d’évolution et de reconnaissance des compétences, ils sont effectivement 51 % à considérer qu’il vaut mieux mener sa carrière professionnelle dans le privé.

Toutefois, en matière de juste rémunération, 46 % affirment qu’il vaut mieux être dans le secteur privé, 28 % dans le secteur public et 25 % considèrent que les secteurs public et privé sont à des niveaux équivalents.
A noter que les jeunes les plus favorables à la fonction publique sont les actifs, qui connaissent les blocages de salaire dans le secteur privé.

Résultats présentés lors du Salon de l’emploi public 2012 – Questionnés sur les améliorations à apporter pour rendre la fonction publique plus efficace, là encore, les jeunes plébiscitent la rémunération.
44 % se montrent favorables au développement de la rémunération au mérite, 35 % sont pour l’évaluation des fonctionnaires en tenant compte de la satisfaction des usagers tandis que 27 % sont partisans de la modernisation des modes de management des fonctionnaires.
La mesure jugée la moins efficiente étant la diminution du nombre de fonctionnaires (9 %).

Cette enquête, dont les résultats seront présentés par Etienne Mercier, directeur adjoint du département opinion d’Ipsos le 23 mars 2012 à l’occasion du Salon de l’emploi public, témoigne à la fois de l’intérêt soutenu pour les carrières publiques tout en remettant au cœur des motivations une juste rémunération et une reconnaissance des compétences.

Enquete Jeunes Et Emploi Public Mars2012

Cet article est en relation avec les dossiers

2 Réagir à cet article

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les jeunes restent attirés par la fonction publique… mais veulent de plus justes rémunérations

Votre e-mail ne sera pas publié

SCOONES35

21/03/2012 09h38

j’arrive à comprendre que les jeunes soient freiner par rapport au salaire pour entrer dans la fonction publique surtout territoriale. Agent de catégorie C avec un IM 308 je ne touche même pas 1200 euros net ( 1194.41e)par mois. ce qui est bien dommage pour la profession car j’ai l’impression que tout est fait pour que l’on soit dégouté de notre travail.

Rage

21/03/2012 04h32

Une étude intéressante qui traduit beaucoup de choses. Je partage moi même très largement les conclusions ayant intégré la FPT en 2006.

En l’occurence, la fonction publique reste attractive car elle offre des postes et des fonctions à priori intéressantes en début de vie active, surtout quand le chômage est élevé. La sécurité de l’emploi est également très importante.

Toutefois, une fois ces éléments positifs acquis, force est de constater que le désenchantement arrive vite: RGPP, féodalité, management d’un autre âge, manque de confiance, cooptation ont tôt fait de vous démotiver.

Jusque là, beaucoup compensaient avec des rémunérations moyennes. Avec les gels de point d’indice, la hausse de cotisation et autres joies, les fonctionnaires ont clairement perdu du pouvoir d’achat. Si certains sont passés au travers des mailles, pour les autres les rémunérations deviennent dissuasives, surtout dans le temps:
Un ingénieur bac+5 n’a aucun intérêt à commencer à 2000€/nets/mois dans le public là où le privé lui en proposerait 35 à 40K€ bruts (soit 2500€nets/mois) et rapidement 50K€ si ça marche.

Donc oui, plus de sécurité à priori, mais aussi nettement moins de perspectives d’évolutions, d’autant que ceux en place, avec la RGPP, ne sont pas prêts de laisser leur place bien au chaud… et si jalousement gardée!

Commenter
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X