Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Services d'eau

L’Essonne prône une politique incitative pour le retour en régie

Publié le 19/03/2012 • Par Marion Kindermans • dans : Régions

Le conseil général de l'Essonne a voté le 12 mars 2012 un accord préalable pour mettre en place des mesures incitatives en faveur de la gestion publique des services d’eau. Les agglomérations des Lacs de l’Essonne et d’Evry Centre Essonne ont déjà sauté le pas de la régie publique.

Il s’agit à ce stade d’une « délibération-cadre » votée le 12 mars 2012 par l’assemblée départementale de l’Essonne. Elle fixe néanmoins un objectif clair : la promotion de la gestion publique des services d’eau dans le département. « Nous nous donnons maintenant quatre à cinq mois, d’ici l’automne, pour travailler sur les modalités techniques » précise Jérôme Guedj, président (PS) du conseil général de l’Essonne, interrogé par la Gazette. Mais il est d’ores et déjà acté que le montant des aides financières et techniques du département seront liés au modèle de gestion, qui devra se rapprocher le plus possible de la gestion publique. « Parce que faute de prise en main et de contrôle par les acteurs publics, l’eau est devenue un bien marchand particulièrement rentable pour les grands groupes qui se partagent le marché, notamment en Ile-de-France », fait remarquer, dans un communiqué de presse, Claire Robillard, vice-présidente du conseil général chargée du développement durable et solidaire, de l’environnement et de l’agriculture.

S’inspirer du conseil général des Landes – C’est dans un contexte général de dénonciation des prix de l’eau en Ile-de-France, ravivée par le Forum mondial de l’eau (1), que le conseil général de l’Essonne s’engage dans cette démarche. Le département s’appuie sur la bataille gagnée par le conseil général des Landes après que le Conseil Constitutionnel a tranché en sa faveur par sa décision du 8 juillet 2011. Au terme d’un bras de fer de quinze ans avec la Fédération professionnelle des entreprises de l’eau (FP2E), le département dirigé par Xavier Emmanuelli a pu appliquer ses subventions allouées aux syndicats intercommunaux qui passent en régie. « On s’inspire bien évidemment de ce qui s’est fait dans les Landes », indique Jérôme Guedj, qui précise : « notre situation est toutefois différente : sur 196 communes, une grande partie sont adhérentes au Sedif (2). Et pour l’instant, seules une vingtaine de communes dans l’Essonne sont passées en régie directe. Il nous faudra donc adopter un processus incitatif et progressif ».

Une structure de conseil départementale – Militant au sein de l’aile gauche du PS, longtemps au côté de Jean-Luc Mélenchon, dont il fut assistant parlementaire, Jérôme Guedj peut aussi compter sur un courant politique propice sur son territoire. Après la communauté des lacs de l’Essonne (Viry-Châtillon, Grigny), présidée par Gabriel Amard (porte-parole du Front de Gauche) et fervent partisan de la maitrise publique de la gestion de l’eau, qui est passée en régie directe en juillet 2010, c’est au tour de la communauté d’agglomération Evry-Centre-Essonne (Evry, Courcouronnes, Bondoufle, Lisses, Ris-Orangis, Villabé) de franchir le pas. La CAECE, dirigée par Manuel Valls, député-maire (PS) d’Evry, confiera la distribution de l’eau à une régie publique à partir du 1er janvier 2013. « Autour de Gabriel Amard, nous mettons en place un groupe d’expert composé d’élus de gauche et de droite, et de personnalités qualifiées. Nous réfléchissons à une structure départementale qui aiderait dans un premier temps les communes à négocier leurs contrats avec les exploitants privés avant de les aider à basculer vers la gestion publique » déclare Jérôme Guedj.

Cet article est en relation avec le dossier

Régions

Notes

Note 01 Le Forum mondial de l'eau s’est déroulé du 12 au 17 mars à Marseille Retour au texte

Note 02 Syndicat des eaux d’Ile-de-France, présidé par André Santini, député-maire (UMP) d’Issy-les-Moulineaux, qui gère l’eau de 144 communes de la région parisienne Retour au texte

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

L’Essonne prône une politique incitative pour le retour en régie

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X