En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

Décentralisation

Les petites villes soumettent un pacte de confiance aux candidats à la présidentielle

Publié le • Mis à jour le • Par • dans : France

© D.R

Maintien du niveau des dotations de l’Etat, prise en compte du revenu personnel dans le calcul de l’impôt local, services publics à moins de 30 minutes… : l’Association des petites villes de France (APVF) a détaillé, le mercredi 7 mars 2012, son « pacte de confiance entre l’Etat et les collectivités » adressé aux candidats à la présidentielle.

Voir le sommaire

Cet article fait partie du dossier

La décentralisation divise les candidats

 

« Le dialogue territorial n’a jamais pris la dimension qui aurait dû être la sienne dans une République décentralisée » : Martin Malvy (PS), président-fondateur de l’Association des petites villes de France (APVF), a brossé, ce mercredi 7 mars 2012, un sombre tableau des relations Etat-collectivités.
« La fermeture unilatérale d’un commissariat de police nous oblige à créer des postes de policiers municipaux, le refus des enfants de moins de trois ans dans les maternelles, à agrandir nos jardins d’enfants, le désengagement des directions départementales de l’équipement, à constituer des directions de l’urbanisme » a-t-il, notamment, illustré.

Une « clause de retour à meilleure fortune » - Et le premier adjoint au maire de Figeac (10 000 hab., Lot) d’en appeler à un « nouveau « pacte de confiance pluriannuel ». Objectif, selon le manifeste de l’APVF : garantir « en tout état de cause le maintien des concours financiers de l’Etat ».
L’association évoque même « une clause de retour à meilleure fortune » qui, en cas de sortie de crise, prévoirait « la prise en compte de l’inflation et de la croissance ».

Martin Malvy a aussi prôné l’avènement d’un haut conseil des territoires. Dans le canevas de l’APVF, cette instance de dialogue Etat-collectivités rassemble notamment le Comité des finances locales (CFL) et une Commission consultative d’évaluation des normes (CCEN) dotée d’un droit de véto « sur certaines catégories de normes environnementales et sportives ».
« Les associations d’élus qui représentent 25 à 30 % des collectivités de leur strate ont vocation à faire statutairement partie du haut conseil. On ne peut pas imaginer que la seule Association des maires de France (AMF) représente les communes », a-t-il pris soin de préciser.

Une « OGPP », plutôt que la RGPP - Autant de pistes proches de celles ouvertes par François Hollande à l’occasion de son discours de Dijon, le samedi 3 mars 2012. Lors de la présentation du manifeste, les trois dirigeants de l’APVF qui ont pris la parole, étaient d’ailleurs tous issus du Parti socialiste.
A l’instar du jeune député-maire (PS) d’Annonay (17 000 hab., Ardèche), Olivier Dussopt, ils ont prôné, unanimes, « la prise en compte du revenu personnel dans le calcul de l’impôt local » et une « hausse de 0,1 % » du taux national de cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE).

Enfin, en lieu et place de la RGPP, ils ont avancé une « OGPP ». En clair : une optimisation générale des politiques publiques.
L’APVF entend, de cette manière, « définir légalement un socle de services publics accessibles par tous en trente minutes ».
« Dans certaines zones, les secours des pompiers mettent trois heures à arriver au lieu de 20 à 30 minutes auparavant », a notamment déploré Virginie Klès, sénatrice-maire (PS) de Chateaubourg (6 000 hab., Ille-et-Vilaine) et membre du bureau de l’association. « Tout cela montre que ce pacte de confiance est indispensable. On vient tout de même de passer cinq ans sans rencontrer une seule fois le Président de la République et le Premier ministre » a conclu Martin Malvy.

Haut de page

Aujourd'hui sur

les Clubs Experts de la Gazette

Censure du Conseil d'Etat : des milliers d'agendas d'accessibilité à refaire ?

Le Conseil d’Etat a annulé partiellement l'article 1er de l'arrêté du 8 décembre 2014, qui permettait des dérogations automatiques à la mise en accessibilité. Résultat : les établissements recevant du public qui avaient reçu une dérogation doivent ...

Neji Baccouche, professeur à la faculté de droit de Sfax (Tunisie).

"L’avenir de la décentralisation en Tunisie dépendra de sa capacité à financer des services publics"

Neji Baccouche, professeur de droit à l'université de Sfax (Tunisie), a piloté la rédaction du nouveau code des collectivités locales après la révolution tunisienne de 2014. Compétences, transferts financiers, fiscalité, endettement : le défi était de ...

"La présence de réservistes territoriaux est un atout indéniable pour la gendarmerie"

Alors que le président de la république appelle les Français à s'investir dans la réserve opérationnelle, la porte-parole de la gendarmerie nationale, le lieutenant-colonel Karine Lejeune, adresse, dans le Club prévention sécurité, un message de ...

Les recrutements continuent de progresser, notamment dans les communautés d'agglos

Les recrutements restent plutôt dynamiques dans les intercommunalités, une tendance observée depuis plusieurs trimestres, selon le nouveau baromètre trimestriel des bourses de l’emploi public local, que "La Gazette" publie en exclusivité, en partenariat avec la ...

Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés DécentralisationElectionsEtat et collectivités locales

1 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. 1. logique 08/03/2012, 12h07

    Vous parlez comme des livres ;
    services publics à moins de 30 minutes...
    à 90 km/heure, cela fait un hôpital tous les 45 kilomètres. Si vous connaissez en France un coin où y a des hôpitaux tous les 45 kilomètres, merci de m'indiquer l'endroit.
    Et si vous allez dans les Cévennes là où il n'y a pas de radar (parce qu'il n'y a pas le haut débit...) et parce qu'il est impossible de faire plus de 60 km/h de moyenne, c'est tous les 30 kilomètres qu'il devrait y avoir un hopital...
    Mais bien sûr, les candidats ne le savent pas car lorsqu'ils se déplacent dans un département, on leur fait voir le bon côté, là où il ne sera pas déçu et où il va se dire en lui-même (ils ont tout...)