En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV

Logo Gazette.fr

1

Commentaire

Réagir
Imprimer

Décentralisation

Les petites villes soumettent un pacte de confiance aux candidats à la présidentielle

Publié le • Mis à jour le • Par • dans : France

Imprimer

1

Commentaire

Réagir

© D.R

Maintien du niveau des dotations de l’Etat, prise en compte du revenu personnel dans le calcul de l’impôt local, services publics à moins de 30 minutes… : l’Association des petites villes de France (APVF) a détaillé, le mercredi 7 mars 2012, son « pacte de confiance entre l’Etat et les collectivités » adressé aux candidats à la présidentielle.

Voir le sommaire

Cet article fait partie du dossier

La décentralisation divise les candidats

 

« Le dialogue territorial n’a jamais pris la dimension qui aurait dû être la sienne dans une République décentralisée » : Martin Malvy (PS), président-fondateur de l’Association des petites villes de France (APVF), a brossé, ce mercredi 7 mars 2012, un sombre tableau des relations Etat-collectivités.
« La fermeture unilatérale d’un commissariat de police nous oblige à créer des postes de policiers municipaux, le refus des enfants de moins de trois ans dans les maternelles, à agrandir nos jardins d’enfants, le désengagement des directions départementales de l’équipement, à constituer des directions de l’urbanisme » a-t-il, notamment, illustré.

Une « clause de retour à meilleure fortune » - Et le premier adjoint au maire de Figeac (10 000 hab., Lot) d’en appeler à un « nouveau « pacte de confiance pluriannuel ». Objectif, selon le manifeste de l’APVF : garantir « en tout état de cause le maintien des concours financiers de l’Etat ».
L’association évoque même « une clause de retour à meilleure fortune » qui, en cas de sortie de crise, prévoirait « la prise en compte de l’inflation et de la croissance ».

Martin Malvy a aussi prôné l’avènement d’un haut conseil des territoires. Dans le canevas de l’APVF, cette instance de dialogue Etat-collectivités rassemble notamment le Comité des finances locales (CFL) et une Commission consultative d’évaluation des normes (CCEN) dotée d’un droit de véto « sur certaines catégories de normes environnementales et sportives ».
« Les associations d’élus qui représentent 25 à 30 % des collectivités de leur strate ont vocation à faire statutairement partie du haut conseil. On ne peut pas imaginer que la seule Association des maires de France (AMF) représente les communes », a-t-il pris soin de préciser.

Une « OGPP », plutôt que la RGPP - Autant de pistes proches de celles ouvertes par François Hollande à l’occasion de son discours de Dijon, le samedi 3 mars 2012. Lors de la présentation du manifeste, les trois dirigeants de l’APVF qui ont pris la parole, étaient d’ailleurs tous issus du Parti socialiste.
A l’instar du jeune député-maire (PS) d’Annonay (17 000 hab., Ardèche), Olivier Dussopt, ils ont prôné, unanimes, « la prise en compte du revenu personnel dans le calcul de l’impôt local » et une « hausse de 0,1 % » du taux national de cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE).

Enfin, en lieu et place de la RGPP, ils ont avancé une « OGPP ». En clair : une optimisation générale des politiques publiques.
L’APVF entend, de cette manière, « définir légalement un socle de services publics accessibles par tous en trente minutes ».
« Dans certaines zones, les secours des pompiers mettent trois heures à arriver au lieu de 20 à 30 minutes auparavant », a notamment déploré Virginie Klès, sénatrice-maire (PS) de Chateaubourg (6 000 hab., Ille-et-Vilaine) et membre du bureau de l’association. « Tout cela montre que ce pacte de confiance est indispensable. On vient tout de même de passer cinq ans sans rencontrer une seule fois le Président de la République et le Premier ministre » a conclu Martin Malvy.

Haut de page

Aujourd'hui sur

les Clubs Experts de la Gazette

Eco-Emballages lance le second appel à candidatures sur « l’extension des consignes de tri »

Huit à dix millions d’habitants vont rejoindre les 3,7 millions de pionniers qui trient déjà l’ensemble des emballages plastiques – et non plus les seuls bouteilles et flacons rigides. L’extension de la collecte aux plastiques souples ira de pair avec la ...

« Il y a une menace réelle sur l’investissement local » (Valérie Rabault)

Dans un entretien avec le Club finances, Valérie Rabault, la pugnace députée PS du Tarn-et-Garonne et rapporteure générale de la commission des finances à l’Assemblée nationale, revient sur le PLF 2015, n’hésitant pas à interpeler le gouvernement sur ...

Violences faites aux femmes : le gouvernement s'attaque à la formation des professionnels

A l'occasion de la Journée mondiale de lutte contre les violences faites aux femmes, ce 25 novembre, le gouvernement fixe les nouvelles priorités de son 4ème plan interministériel (2014-2016). Au cœur de ses préoccupations : la mise en place d'outils de formation ...

Dans la haute fonction publique, beaucoup d'hommes ont une "femme exceptionnelle"

Dans la haute fonction publique, concilier vie privée et vie professionnelle "reste un problème essentiellement féminin", beaucoup d'hommes ayant une "femme exceptionnelle" au service de leur carrière, relève une étude publiée mercredi 26 novembre 2014. ...

Imprimer

1

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés DécentralisationElectionsEtat et collectivités locales

1 Commentaire

Ajouter un commentaire

Du plus récent / Du plus ancien

  1. 1. logique 08/03/2012, 12h07

    Vous parlez comme des livres ;
    services publics à moins de 30 minutes...
    à 90 km/heure, cela fait un hôpital tous les 45 kilomètres. Si vous connaissez en France un coin où y a des hôpitaux tous les 45 kilomètres, merci de m'indiquer l'endroit.
    Et si vous allez dans les Cévennes là où il n'y a pas de radar (parce qu'il n'y a pas le haut débit...) et parce qu'il est impossible de faire plus de 60 km/h de moyenne, c'est tous les 30 kilomètres qu'il devrait y avoir un hopital...
    Mais bien sûr, les candidats ne le savent pas car lorsqu'ils se déplacent dans un département, on leur fait voir le bon côté, là où il ne sera pas déçu et où il va se dire en lui-même (ils ont tout...)

    1. Ajouter un commentaire

        Votre e-mail ne sera pas visible

      Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.