Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Décentralisation

L’UMP sonne la charge contre le discours de François Hollande à Dijon

Publié le 06/03/2012 • Par Jean-Baptiste Forray • dans : France

Pour la déléguée générale adjointe de l’UMP, Valérie Rosso-Debord, le candidat PS « n'a proposé qu'une chose : plus d’élus, donc plus d’impôts ! »

Le parti présidentiel dit « non » à « la nouvelle étape de la décentralisation » préconisée par François Hollande le samedi 3 mars 2012 à Dijon. Selon sa déléguée générale adjointe Valérie Rosso-Debord, dans un communiqué publié lundi 5 mars, le candidat PS « n’a proposé qu’une chose : plus d’élus, donc plus d’impôts ! »

Bataille de chiffres – La députée de Meurthe-et-Moselle, membre en 2009 de la cellule de l’UMP chargée de promouvoir la réforme des collectivités, s’en prend à la suppression du conseiller territorial prônée par le patron du conseil général de Corrèze.
« Pour défendre ses amis à la tête de presque toutes les régions et de plus de la moitié des départements, François Hollande n’a pas hésité à dire qu’il reviendrait sur la réduction de 40 % du nombre d’élus départementaux et régionaux », fustige-t-elle.

D’après Valérie Rosso-Debord, la France ne peut, « face à la crise », se permettre de revenir sur la fusion des mandats départementaux et régionaux. « Les dépenses des collectivités ont crû de 30 % plus vite que celles de l’Etat depuis 2007, fulmine l’adjointe au maire de Nancy. En 10 ans, ces mêmes collectivités ont créé 430 000 postes de fonctionnaires hors transfert de décentralisation. Depuis 2004, la pression fiscale locale a augmenté de 40 % ! »

Ces arguments, déjà développés par Nicolas Sarkozy lors d’un entretien télévisé le 29 janvier 2012, font bondir François Hollande. « L’Etat représente 80 % de la dette publique. Son déficit est 67 fois supérieur à celui des collectivités qui assurent plus des trois quarts de l’investissement public national. Si l’Etat était soumis aux mêmes contraintes qu’elles, sa défaillance aurait été constatée depuis longtemps », s’est insurgé François Hollande le 3 mars.

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

L’UMP sonne la charge contre le discours de François Hollande à Dijon

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X