Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
  • Accueil
  • Actualité
  • Régions
  • « Sans stratégie, plus de 20 000 ha de terres devraient être gagnées par la mer d’ici à 2040 » – Renaud Lagrave, président du GIP Littoral Aquitain

aménagement du littoral

« Sans stratégie, plus de 20 000 ha de terres devraient être gagnées par la mer d’ici à 2040 » – Renaud Lagrave, président du GIP Littoral Aquitain

Publié le 29/02/2012 • Par Christiane Wanaverbecq • dans : Régions

Le conseil d'administration du GIP Littoral Aquitain a validé le 20 février 2012 une stratégie régionale de gestion de la bande côtière. La Gazette a interrogé Renaud Lagrave, président de ce GIP, pour qu'il nous en expose les détails et les enjeux.

Lors du conseil d’administration du GIP Littoral Aquitain(1) le 20 février dernier, vous avez présenté aux collectivités et aux services de l’Etat une stratégie régionale de gestion de la bande côtière.
Pourquoi ?

L’érosion côtière est un vrai problème pour notre région. Les travaux d’observation les plus récents montrent que notre côte sableuse recule en moyenne de 1 à 3 m par an, et la côte rocheuse de 20 cm par an.
Au total, 20 % de nos côtes sont touchées par l’érosion.

Si rien n’est entrepris, plus de 20 000 hectares de terres devraient être gagnées par la mer d’ici à 2040. Notre stratégie s’inscrit dans ce contexte.
Mais elle répond aussi à l’ambition de l’Aquitaine d’un développement durable de son littoral.

Nous avons produit deux documents :

  • un document d’orientation et d’actions qui donne le cadre commun pour l’ensemble des acteurs,
  • et un guide de l’action locale, sorte de boîte à outils.

En quoi consiste cette stratégie ?

Elle repose sur la prévention, la connaissance et la culture du risque. Ensuite, nous préconisons le pragmatisme. Selon les enjeux face à l’aléa, quatre modes de gestion sont possibles :

  1. l’accompagnement des processus naturels avec des techniques douces comme la plantation de végétaux, la pose de rideaux brise-vent ou le recouvrement par des branchages. Ce mode de gestion est actuellement prédominant en Aquitaine avec l’action de l’ONF sur 180 km de dunes publiques ;
  2. « une évolution naturelle surveillée » consistant à laisser le milieu évoluer librement et à simplement surveiller ;
  3. « une lutte active dure » par la mise en place de digues ou d’épis, d’enrochement, ou bien « une lutte active souple » par le rechargement des plages ;
  4. « le repli stratégique ». En Aquitaine, cela prendra la forme d’une relocalisation des biens et des activités sur le littoral afin d’en préserver les fonctionnalités. Nous avons étudié les conséquences négatives et positives du « repli stratégique ». Dans tous les cas, l’inaction n’est pas envisageable au regard des enjeux.

Comment mettre en oeuvre cette stratégie ?

Une méthode d’analyse coût/avantage multicritères a été mise en place pour aider à la décision. Il reste à donner aux collectivités les moyens administratifs, financiers et juridiques d’agir si celles-ci sont contraintes de relocaliser.
Cela passe par une ambition nationale, d’ailleurs préconisée par le rapport d’Alain Cousin, et de la co-construction.

Nous avons bâti notre stratégie avec les services de l’Etat et les collectivités. Il faut en effet garantir la cohérence des actions de gestion.
Un comité scientifique associant les spécialistes de l’érosion a été créé pour valider la méthode de qualification de l’aléa.

Notes

Note 01 Créé en 2006, le GIP regroupe l'Etat, le conseil régional d'Aquitaine, les conseils généraux de la Gironde, des Landes et des Pyrénées-Atlantiques, deux communautés d'agglomération et 10 communautés de communes. Retour au texte

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

« Sans stratégie, plus de 20 000 ha de terres devraient être gagnées par la mer d’ici à 2040 » – Renaud Lagrave, président du GIP Littoral Aquitain

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X