Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Environnement

La qualité de l’air est plutôt bonne dans les zones rurales, sauf en fonds de vallée

Publié le 28/02/2012 • Par La Rédaction avec l'AFP • dans : France

Respire-t-on vraiment mieux à la campagne qu'à la ville ? Des mesures inédites menées dans des villages de neuf régions françaises témoignent d'une qualité de l'air plutôt bonne en zone rurale, sauf dans les fonds des vallées alpines, favorables à l'accumulation de la pollution.

De Sarzeau (Morbihan), au bord de l’Atlantique, à Lescheraines (Savoie), dans les Alpes, en passant par la Basse-Normandie, le Poitou-Charentes, le Limousin, l’Auvergne ou la Franche-Comté, l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) a ausculté la qualité de l’air loin des villes.

Respect des normes européennes – Principale bonne nouvelle de cette étude Particul’air dévoilée mardi 28 février 2012 : les niveaux de polluants mesurés dans neuf communes aux caractéristiques variées « sont inférieurs aux normes européennes sur la qualité de l’air, à l’exception (du site de Lescheraines) situé en fond de vallée alpine ».

Si les niveaux de particules fines (poussières émises par les véhicules et le chauffage au bois notamment) et d’autres polluants nocifs pour la santé sont bien suivis en ville, ils le sont peu en zones rurales.

Impact du chauffage au bois – Cette campagne inédite menée entre mars 2009 et février 2010 dans des communes de moins de 7 000 habitants, sans industries polluantes ni grands axes de circulation, visait en particulier à évaluer l’impact du chauffage au bois et du brûlage de déchets verts sur la qualité de l’air.

Le recours au bois, moins émetteur de gaz à effet de serre que le fioul ou le gaz, a été encouragé dans le cadre de la lutte contre le changement climatique. Et la France est aujourd’hui le premier pays consommateur de bois comme source d’énergie en Europe, selon l’Ademe. L’une des questions était de savoir quel est l’impact de ce mode de chauffage sur la qualité de l’air.

Le cas d’un village en fonds de vallée – « Bon pour la facture, bon pour la santé » – Si « la situation est globalement meilleure que ce qu’on attendait » selon Agnès Hulin, de l’Atmo Poitou-Charentes, association qui a coordonné cette étude, le cas de Lescheraines, en fond de vallée alpine, « fait réfléchir ».

Le niveau élevé de polluants enregistré dans ce village alpin de seulement 700 âmes s’explique par une configuration de terrain favorable à l’accumulation des polluants émis localement, principalement par les cheminées individuelles mais aussi par la combustion de déchets verts issue de l’activité forestière.

Ce village est le seul parmi les neuf examinés qui n’est pas dans les clous par rapport aux valeurs réglementaires pour les particules, constate l’étude.

La campagne plus polluée que la ville – Plus inquiétant: les concentrations en benzo-a-pyrène, un polluant cancérigène, y excèdent largement les niveaux retenus pour la réglementation, et sont parfois plus importantes que celles mesurées dans des grandes agglomérations, selon l’association de surveillance de Rhône-Alpes.

« On a vraiment été surpris par la différence entre les situations en fond de vallées et en plaine. Sachant que Lescheraines n’est pas un cas particulier, on peut s’intéresser à tous ces villages où on brûle du bois en fond de vallée », commente Agnès Hulin.

Pour Joëlle Colosio, chef du service Évaluation de la Qualité de l’Air de l’Ademe, « l’étude ne remet pas en question l’utilisation du bois comme source d’énergie, mais montre qu’il faut l’accompagner de bonnes pratiques ».

Faire évoluer les appareils de chauffage – Pour améliorer la qualité de l’air tout en privilégiant le développement de la biomasse, l’Ademe recommande aussi, notamment pour cette zone :

  • la mise en place d’appareils de chauffage de puissance thermique élevée (et notamment supérieure à 2MW) pour les logements collectifs ou l’industrie,  ceci afin d’obtenir un niveau très faible d’émissions de particules.
  • l’utilisation d’appareils de chauffage au bois hautement performants pour les logements individuels  : les nouveaux inserts fermés, poêles et chaudières par exemple, etc.

Le passage à un insert fermé et bénéficiant d’un label « Flamme verte 5 étoiles », qui permet de consommer jusqu’à 80% de moins de bois et d’émettre beaucoup moins de particules, est par exemple « bon pour la facture, bon pour la santé et bon pour le climat », souligne cette responsable de l’Ademe.

Rappelant par ailleurs que le « brûlage des déchets à l’air libre est interdit » (circulaire interministérielle du 18 novembre 2011), l’agence met en exergue les « solutions alternatives, notamment les actions individuelles (paillage et compostage) ou collectives (collecte sélective au porte-à-porte ou en apport volontaire et valorisation collective par compostage ou méthanisation) ».

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

La qualité de l’air est plutôt bonne dans les zones rurales, sauf en fonds de vallée

Votre e-mail ne sera pas publié

stephsea

01/03/2012 11h30

L’étude complète est disponible ici : http://www.atmo-poitou-charentes.org/2009-2010-Particul-air-etude-de-la.html

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X