Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Environnement

Le départ de NKM du ministère de l’Ecologie suscite des inquiétudes

Publié le 23/02/2012 • Par La Rédaction avec l'AFP • dans : France

Nathalie Kosciusko-Morizet a démissionné jeudi du gouvernement, "fière du travail réalisé", pour être la porte-parole du candidat Nicolas Sarkozy et ainsi "éviter tout mélange des genres". Mais pour la député européenne Michèle Rivasi (EELV), ce départ ne présage rien de bon.

La nouvelle porte-parole de la campagne du président-candidat a effectué jeudi 23 février 2012 à Matignon la passation de pouvoirs avec François Fillon, qui va reprendre le portefeuille de l’Ecologie jusqu’aux élections. Dans une brève allocution dans la cour de Matignon, « NKM »  s’est dite « fière du travail réalisé pendant toutes ces années ». « Je quitte ce ministère pour éviter tout mélange des genres », a-t-elle expliqué.

Le cœur tranquille – « Je quitte ce ministère et ces fonctions le cœur tranquille car c’est le Premier ministre qui reprend ces attributions », a par ailleurs confié Mme Kosciusko-Morizet. « Avec ce rattachement au Premier ministre, c’est une garantie de non-démantèlement de ce ministère, c’était un engagement du président de la République que d’avoir un ministère du Développement durable d’une pièce, avec toute sa cohérence », a-t-elle noté. Le fait que Matignon reprenne la politique environnementale « est une garantie aussi d’arbitrages au meilleur niveau, c’est une consécration de finir cette mandature entre vos mains », a-t-elle relevé, se tournant vers M. Fillon.

« Sabotage » du Grenelle – Mais pour Michèle Rivasi, porte-parole d’Eva Joly, le fait que Nathalie Kosciusko-Morizet ne soit pas remplacée au ministère de l’Ecologie, témoigne du « désintérêt croissant de l’UMP pour l’écologie ». « Cette décision est en parfaite continuité avec le sabotage des principes du Grenelle de l’environnement, pourtant promu par Nicolas Sarkozy lui-même » et cela « ne fait que conforter le désintérêt croissant de l’UMP pour l’écologie », écrit-elle dans un communiqué.

« Aucun autre ministère n’aurait été traité de la sorte : imagine-t-on un moment le ministère de l’Industrie, de la Santé ou de l’Economie délaissé ainsi ? (…) Pourtant, il n’y aura aucune sortie de crise possible sans faire de l’écologie un moteur vertueux de la reprise économique », poursuit-elle.

Des dossiers délicats en cours – Enfin, l’eurodéputée EELV « met en garde les Français face sur ce que pourrait cacher une telle décision » car « de nombreux dossiers délicats sont en cours de finalisation au sommet de l’Etat » sur les OGM ou les gaz de schiste.

« Dans les deux cas, souligne-t-elle, il y avait désaccord avec le ministère de l’Agriculture et celui de l’Industrie et de l’Energie, tous deux favorables à une prise de risque inconsidérée. C’est pourquoi il faut rester vigilant et empêcher que ces arbitrages passent en catimini, dans une période où les média n’ont d’yeux et d’oreilles que pour les petites phrases des candidats », conclut-elle.

Thèmes abordés

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Le départ de NKM du ministère de l’Ecologie suscite des inquiétudes

Votre e-mail ne sera pas publié

logique

24/02/2012 11h31

En politique, tout est possible, tout est réalisable.
Pour faire plaisir aux écolos, et au grenelle de l’environnement, donc pour avoir des voix, on élit le numéro 2 du gouvernement, M. Borloo à ce poste.
Puis pour d’autres besoins, ce sera Jupé numéro 2. On parlera moins de Borloo qui, s’en allant, laisse sa place à NKM (comme on l’appelle)
Elle abandonne le ministère (qui tournera quand même sans elle) et qui sera chapeauté par le 1er sinistre Fillon.
Sarko faisant TOUT LE TRAVAIL, pourquoi mettre autant de sinistres, secrétaires d’Etat, etc…
On prend toujours exemple sur l’Allemagne :
14 ministres seulement
En France :
1 ministre d’Etat
15 ministres
15 ministres délégués
des secrétaires d’Etat à la pelle…
Leur salaire :
En allemagne, 12860 € net mensuel
En France : 10887 € net mensuel
soit une masse salariale (hors côtisation sociale) de
2 160 480 € annuel pour l’Allemagne
4 049 964 € annuel pour la France hors secrétaires d’Etat…
Du quitte au double.
Je suppose qu’il en est de même pour le fonctionnement des ministères
+ il y en a, plus ça coûte cher…
Là encore, il y a matière à faire des économies

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X