En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV

Logo Gazette.fr

1

Commentaire

Réagir
Imprimer

CULTURE

Les bibliothèques autorisées à diffuser sous forme numérique les livres du XXème siècle indisponibles dans les librairies

Publié le 23/02/2012 • Par Hélène Girard • dans : France

Imprimer

1

Commentaire

Réagir

Le Parlement a définitivement adopté mercredi 22 février 2012, en commission mixte paritaire (CMP), le projet de loi sur l’exploitation numérique des livres du XXème indisponibles. Ce texte vise à rendre accessibles, notamment sur internet, des oeuvres du XXème siècle qui ne sont plus éditées et ne sont pas encore tombées dans le domaine public. Le législateur a pris en compte le rôle des bibliothèques publiques, qui détiennent dans leurs collections la plupart des ouvrages concernés, dont certaines éditions très rares.

 

Chiffres-clés

Le nouvel article L.134-8 du Code de la propriété intellectuelle

« Sauf refus motivé, la société de perception et de répartition des droits mentionnée à l’article L.134-3 autorise gratuitement les bibliothèques accessibles au public à reproduire et à diffuser sous forme numérique à leurs abonnés les livres indisponibles conservés dans leurs fonds dont aucun titulaire du droit de reproduction sous une forme imprimée n’a pu être trouvé dans un délai de dix ans à compter de la première autorisation d’exploitation. »

« L’autorisation mentionnée au premier alinéa est délivrée sous réserve que l’institution bénéficiaire ne recherche aucun avantage économique ou commercial. »

« Un titulaire du droit de reproduction du livre sous une forme imprimée obtient à tout moment de la société de perception et de répartition des droits le retrait immédiat de l’autorisation gratuite. »

Les nouvelles dispositions du Code de la propriété intellectuelle ouvrent le droit à la numérisation et à la diffusion de livres qui ne sont plus exploités commercialement par les éditeurs, sans pour autant être tombés dans le domaine public (au bout de 70 ans après la mort de l’auteur).
L’enjeu est de taille, puisque, selon les estimations du ministère de la Culture et de la communication, entre 500 000 et 700 000 titres sont concernés.

Résurrection - Pour Bruno Racine, président de la Bibliothèque nationale de France (BnF), ce nouveau texte constitue « une avancée absolument majeure, une résurrection pour des centaines de milliers d’œuvres qui n’étaient plus accessibles que dans les bibliothèques ».

Les ouvrages dits « indisponibles »(1) seront recensés dans une base de données publique, en accès libre et gratuit.
Il reviendra à la BnF de la constituer et de la mettre à jour.

L’inscription des œuvres dans la base de données sera automatique. Pour qu’un titre n’y figure pas, l’auteur ou les ayants droit devront s’y opposer expressément.

L’exploitation des fichiers, autorisée au bout de 6 mois d’inscription dans la base de la BnF, sera gérée par une Société de perception et de répartition des droits (SPRD), qui devra partager les sommes collectées de façon paritaire entre éditeurs et auteurs.

Concernant les bibliothèques publiques, le législateur a prévu que « sauf refus motivé », la SPRD les autorisera, « gratuitement », à reproduire et à diffuser sous forme numérique « à leurs abonnés », les livres indisponibles conservés dans leurs fonds et déclarés « orphelins » au bout de 10 ans après la première autorisation d’exploitation (art.134-8 du Code de la propriété intellectuelle).

Cette question a fait l’objet d’un désaccord entre députés et sénateurs, qui ont fini par trouver un terrain d’entente en CMP. Les députés avaient en effet supprimé l’autorisation d’exploitation prévue par les sénateurs pour les bibliothèques, craignant que des opérateurs privés détournent cette exception à leur profit en exploitant des ouvrages orphelins sans contrepartie financière.

Ils estimaient également que l’exploitation « normale » devait être commerciale, la gratuité constituant une atteinte à ce principe. Lors de la navette parlementaire, l’Interassociation des archivistes, bibliothécaires et documentalistes (IABD) s’était mobilisée pour la faire rétablir, avec l’oreille attentive des sénateurs.

« La CMP a tenu le plus grand compte de nos préoccupations. Nous étions attentifs au rôle des bibliothèques en matière de développement de la lecture publique, a souligné, à l’issue de la CMP, Jacques Legendre, sénateur (UMP) du Nord et auteur de la proposition de loi. Dans cet esprit, nous avons souhaité que, dans le respect du droit d’auteur, elles puissent exploiter à titre gratuit et non exclusif, sauf refus motivé opposé à leur demande par la société de perception et de répartition des droits, des œuvres dont elles détiendraient une édition particulièrement rare, pour les mettre à la disposition de leurs abonnés. »

Ne pas fragiliser encore le droit d’auteur - Un argument nuancé par Cécile Cuckierman, sénatrice de la Loire (groupe communiste, républicain et citoyen) : « Cette disposition, vivement défendue par les bibliothécaires, est en revanche critiquée par la SGDL [Société des gens de lettres, ndlr]. Cette dernière considère que la création d’une nouvelle exception au droit d’auteur contribuerait à fragiliser ce dernier alors qu’il est déjà remis en cause à l’échelon européen et international. Ce risque ne nous paraît pas négligeable. Si nous comprenons que les bibliothécaires soient animés par la volonté d’assurer la diffusion la plus large possible, nous ne souhaitons pas voir affaiblir le droit d’auteur. Nous devons donc agir avec prudence, dans le souci de l’intérêt général. »

De son côté, la sénatrice (PS) du Val d’Oise, Dominique Gillot, a relativisé la portée de cette disposition : « On voit bien que si cette mesure représente une avancée pour la lecture publique, qui est une compétence des collectivités locales, elle ne touchera qu’une partie somme toute minime des œuvres inscrites au catalogue numérisé. »

Pour ce qui est de la numérisation de ces ouvrages, elle sera financée par les crédits collectés au titre des « investissements d’avenir » (ex-Grand emprunt). Un accord-cadre a été signé le 1er février en ce sens, entre le ministère de la Culture, la BnF, le Commissariat général à l’investissement et la Société des gens de lettres.

« A travers ce texte ambitieux, nous démontrons que la diffusion des oeuvres sur internet peut se faire sans exception au droit d’auteur et sans pratique de contrefaçon », s’est félicité le ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand.

Mais nombre d’écrivains n’entendent pas cet argument. Un collectif a d’ailleurs rédigé une pétition en ligne, intitulée « le droit d’auteur doit rester inaliénable », qui, le 21 février, avait recueilli quelque 500 signatures.
Les pétitionnaires estiment que les nouvelles dispositions s’apparentent à « un piratage officiel et général des œuvres littéraires du XXème siècle. »

Ils font valoir que « l’auteur seul – ou à défaut ses ayants droit – peut décider d’une nouvelle diffusion de son œuvre. Tout éditeur – numérique ou papier – qui souhaiterait exploiter son œuvre se doit au premier chef de lui proposer un contrat. »
Et de préciser : « Il est entendu que, par ‘auteurs’, nous désignons ici les écrivains, les traducteurs, les dessinateurs et les illustrateurs, auxquels sont évidemment liés leurs ayants droit. »

Travail de fourmi évité - Seulement la mention des dispositions relatives à l’exploitation numérique n’est apparue dans les contrats d’édition qu’à la fin du XXème siècle. Autrement dit, ce que demandent les auteurs obligerait les éditeurs à un travail de fourmi.
« Rechercher les autorisations de centaines de milliers d’ayants droit aurait représenté une gestion colossale, estime Christine de Mazières, déléguée générale du Syndicat national de l’Edition (SNE). La gestion collective permet d’aller beaucoup plus vite. »

Des bénéfices investis dans la promotion de l’écriture et de la lecture

La nouvelle loi sur l’exploitation numérique des livres du XXème indisponibles prévoit que, à titre dérogatoire, les sommes perçues lors de l’exploitation des livres indisponibles et dont les destinataires n’ont pu être identifiés ou retrouvés au bout de 10 ans sont réservées :

  • « à des actions d’aide à la création,
  • à des actions de formation des auteurs de l’écrit
  • et à des actions de promotion de la lecture publique mises en œuvre par les bibliothèques ».

Haut de page

Cet article est en relation avec

Aujourd'hui sur

les Clubs Experts de la Gazette

Agenda 21 : les collectivités répondent aux attaques de la Cour des comptes

La Cour des comptes demande une remise à plat des agendas 21. Voire un abandon pur et simple du dispositif. A Besançon, à Orléans, ou bien sûr au Comité 21, on défend le bilan d’un outil toujours pertinent pour structurer une politique de développement ...

Baisse des dotations : comment adapter le service public local ?

Lors des 19e assises de l’Afigèse, à Avignon, plus de 400 responsables financiers des collectivités locales ont planché sur l’épineuse question de l'adaptation du service public local à la brutale baisse des ressources. Une équation jugée par certains ...

La cigarette interdite dans les espaces publics pour enfants, les PM habilités à contrôler

La ministre de la Santé, Marisol Touraine, a dévoilé le 25 septembre 2014 un plan de lutte contre la cigarette. Parmi les mesures annoncées : l’interdiction de fumer dans les espaces publics de jeux pour enfants et dans les voitures transportant des enfants de ...

Emplois d'avenir : la dynamique est enclenchée dans les collectivités

Comme l’ont exprimé des représentants d'élus au colloque organisé sur les emplois d’avenir mardi 23 septembre 2014 à Paris par le CNFPT, leur principal motif de satisfaction tient au financement de ces emplois, assuré à hauteur de 75 % du Smic par l’Etat ...

Imprimer

1

Commentaire

Réagir
Publicité

Liens sponsorisés

Tous les fournisseurs

Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés CultureDomaine publicEuropeInformatique

6 Commentaires

Ajouter un commentaire

Du plus récent / Du plus ancien

  1. 1. Révolutionnaire 01/10/2014, 16h56

    Il faut faire des efforts ....on entend que cela mais nos élus ne sont pas prêts à en faire pour eux. Toujours autant de Sénateurs inutiles, de nombreux députés biens payés et absents de l'assemblée, des conseillers généraux ? que font-ils ceux-là ?Des conseillers régionaux ?....mais tout cela a un coût et avant de demander encore aux autres de se serrer la ceinture il faudrait montrer l'exemple et être des sénateurs , députés etc... ordinaires et un salaire ordinaire entre 2500 et 3000 euros serait largement suffisant pour le temps de présence.la fronde monte et je vous assure que lorsque l'étincelle va démarrer il n'est pas dit que le feu soit circonscrit % d’augmentation sur les timbres, 2 cts par litre sur le gasoil etc...point d'indice gelé, augmentation des transports , EDF, GDF etc...La baisse des dotation et la mise en place des régions et métroples va avoir un effet pervers avec la diminution des agents territoriaux, de l'état et de l'hospitalière mais quand la gamelle est vide le 15 mois c'est dangereux: un vieux proverbe paysan dit ceci: quand il n'y a plus de foin à l'étable, les ânes se battent. A méditer.

  2. 2. TansonHenri 01/10/2014, 12h30

    Cette baisse des dotations semble inéluctable. Nous devons donc nous préparer à des années difficiles. Pour les citoyens, pour les entreprises, pour l'emploi, etc...
    Et nous ne pouvons rien faire d'autre que de dire que nous ne sommes pas contents, pas d'accord. Mais qui nous demande notre avis. Et puisque l'Etat dit qu'il n'y a plus de sous, que pouvons nous faire? Essayer de comprendre pourquoi l'état nous dit cela? Et imaginer d'autres explications, d'autres solutions? Zut. Là, il faut faire de la politique et remettre en cause pas mal de choses. Mais qui est prêt à le faire?
    Qui dira que nous sommes gouvernés par des gens qui ne semblent pas mettre en avant l'intérêt des Français dans ses décisions. Qui obéit aux directives de Bruxelles sans se poser de questions. Qui accepte cette idée que la dette contractée auprès des banques privées doit être remboursée, maintenant, alors que d'autres pays, et pas des moindres, ont largement dépassé notre niveau d'endettement sans s'inquiéter! Qui essaye de nous persuader que notre travail est trop cher et que nous devons acçepter des sacrifices. Qui oublie de dire que notre travail n'est cher que par rapport aux coûts de main d'œuvre des pays sans protection sociale, les Chinois, les Bulgares, les Roumains. Etc...
    Il faut se poser les bonnes questions, essayer de comprendre et agir.
    Mais là, nous acceptons, résignés, de nous faire tondre, comme si il n'y avait pas de solution... Il y en a pourtant. J'en suis convaincu. Et pacifique en plus!

  3. 3. parisienne 01/10/2014, 11h43

    Il aura donc fallu la diffusions d'une émission consacrée à la protection de l'enfance et à ses dérives pour qu'enfin, les conseils généraux s'en soucient enfin ! Et pour faire quoi ?
    Ah oui, un guide pour l'autodiagnostic…c'est vrai que c'est diablement efficace…

  4. 4. Yann 01/10/2014, 09h02

    Transition énergétique en façade et destruction de la nature par les forces armées de l'Etat de l'autre...
    Et les médias dominants, en n'informant pas des violences policières qui ont lieu actuellement contre les oppsants au barrage sont complices!

  5. 5. bazane 30/09/2014, 14h34

    Pour les besoins de sa démonstration JC Mailly inverse la relation de causalité : c'est parce que l'économie des petites villes périclite et que leur population diminue, notamment en raison de la densification urbaine dans les grandes agglomérations, que les services publics de proximité ferment, et non l'inverse.
    Quant à "sauver le service public" : M. Mailly a un égo hypertrophié pour le moins.

  6. 6. sylvie 30/09/2014, 12h43

    Nous confirmons ici notre profond mécontentement quant à la « cannibalisation » des plages de Juan les Pins par ces « paillotes » du bord de mer. En effet, des appartements, nous ne voyons que des toits disgracieux au lieu du sable. Des restaurants du boulevard, impossible d’y voir un grain. Pour la promenade à pied, aucune vue non plus, vue sur les toits avec le gras des friteuses et avec les odeurs de cuisine en plus.

    De plus, de nombreuses plages privées nous empêchent de profiter de la mer, ne respectant pas la loi sur la protection du littoral qui date de 2006 !

    Nous tenons à signaler que contrairement aux dires de ces "plagistes financiers aux grosses Mercedes", la majorité des Antibois sont pour l’application de cette loi. En effet, de nombreux habitants ne vont plus à la mer faute de place durant l’été, voir quittent la ville pendant deux mois, faute de plage disponible gratuitement. D’autres déménagent définitivement devant ce littoral détruit et massacré.

    Aussi, nous espérons que personne reviendra sur cette loi, afin que Juan les Pins retrouve une part de civilité urbaine.

    Rendre les plages à ses habitants nous paraît juste.

    1. Ajouter un commentaire

        Votre e-mail ne sera pas visible

      Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.