En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV

Logo Gazette.fr

0

Commentaire

Réagir
Imprimer

Internet

Brest lance un portail pour les wikis de son territoire

Publié le 23/02/2012 • Par Xavier Debontride • dans : Régions

Imprimer

0

Commentaire

Réagir

Territoire pionnier pour l’internet collaboratif, le pays de Brest se dote d’un portail des wikis pour faciliter l’accès à ces ressources en ligne.

 

L’internet collaboratif prend ses quartiers à la pointe de la Bretagne. Premier territoire français à se lancer dans l’aventure des wikis, dès 2006, Brest s’est doté lundi 20 février 2012 d’un portail dédié qui permet d’accéder à quelque 35 wikis, ces petits sites web dont les pages sont facilement modifiables par les visiteurs, à la manière de la célèbre encyclopédie en ligne Wikipédia.

« Nous en recensons actuellement une trentaine, dont une dizaine sont portés directement par les services de la ville de Brest et de Brest Métropole Océane. Le portail permet d’y accéder plus facilement, en les classant par thématiques », explique Gaëlle Fily, animatrice de projets TIC au sein du service internet et expression multimédia.
On y trouve aussi des pages conçues par des associations, d’autres collectivités du Pays de Brest (89 communes et 7 EPCI), ainsi que des sites liés à des événements se déroulant sur le territoire.

Nombreuses initiatives en 2012 - A cet égard, l’année 2012 s’annonce riche en initiatives. « Comme tous les deux ans, nous organisons à Brest le Forum des usages collaboratifs, à vocation nationale. La cinquième édition se déroulera du 10 au 13 juillet, en lien avec les Etés TIC en Bretagne», précise Gaëlle Fily, qui anime également régulièrement des ateliers d’initiation pour les citoyens ou les structures associatives.
Le wiki de Brest (www.a-brest.net), qui s’apprête à faire peau neuve, réunit à lui seul plus de 300 collaborateurs.

Autre projet : la création d’une cantine collaborative sur le pays de Brest. « Elle devrait voir le jour au second semestre 2012, sur un modèle souple, pour favoriser les échanges entre les acteurs. Nous développons aussi la formation, avec l’objectif d’accompagner une centaine de personnes d’ici à 2014 », confie Michel Briand, adjoint au maire de Brest en charge du multimédia.

Portail des savoirs - Le wiki favorisant le partage des connaissances, un portail des savoirs est en préparation, en partenariat avec l’université, le CHU, les grandes écoles, une librairie brestoise : « Il offrira un accès direct à tous les cours brestois numérisés, par thème », explique l’élu. Et pour encourager l’accès à internet dans les quartiers, l’opération Internet pour tous, avec un accès mensuel à 1 euro, se déploie dans de nouveaux secteurs de la ville.

Enfin, périphéricité brestoise oblige, la visioconférence sur le net connaît un franc succès : Brest métropole Océane achèvera cette année la livraison de 15 salles équipées sur son territoire (une par commune hors Brest, et une par quartier dans la ville-centre).
A en croire Michel Briand, l’investissement (10 000 euros par salle) est rapidement amorti par les économies de déplacement réalisées.

Haut de page

Cet article est en relation avec

Imprimer

0

Commentaire

Réagir
Publicité

Liens sponsorisés

Tous les fournisseurs

Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés InformatiqueTélécommunications

Régions Bretagne

3 Commentaires

Ajouter un commentaire
  1. 1. Yann Aujoud'hui, 09h02

    Transition énergétique en façade et destruction de la nature par les forces armées de l'Etat de l'autre...
    Et les médias dominants, en n'informant pas des violences policières qui ont lieu actuellement contre les oppsants au barrage sont complices!

  2. 2. bazane 30/09/2014, 14h34

    Pour les besoins de sa démonstration JC Mailly inverse la relation de causalité : c'est parce que l'économie des petites villes périclite et que leur population diminue, notamment en raison de la densification urbaine dans les grandes agglomérations, que les services publics de proximité ferment, et non l'inverse.
    Quant à "sauver le service public" : M. Mailly a un égo hypertrophié pour le moins.

  3. 3. sylvie 30/09/2014, 12h43

    Nous confirmons ici notre profond mécontentement quant à la « cannibalisation » des plages de Juan les Pins par ces « paillotes » du bord de mer. En effet, des appartements, nous ne voyons que des toits disgracieux au lieu du sable. Des restaurants du boulevard, impossible d’y voir un grain. Pour la promenade à pied, aucune vue non plus, vue sur les toits avec le gras des friteuses et avec les odeurs de cuisine en plus.

    De plus, de nombreuses plages privées nous empêchent de profiter de la mer, ne respectant pas la loi sur la protection du littoral qui date de 2006 !

    Nous tenons à signaler que contrairement aux dires de ces "plagistes financiers aux grosses Mercedes", la majorité des Antibois sont pour l’application de cette loi. En effet, de nombreux habitants ne vont plus à la mer faute de place durant l’été, voir quittent la ville pendant deux mois, faute de plage disponible gratuitement. D’autres déménagent définitivement devant ce littoral détruit et massacré.

    Aussi, nous espérons que personne reviendra sur cette loi, afin que Juan les Pins retrouve une part de civilité urbaine.

    Rendre les plages à ses habitants nous paraît juste.

    1. Ajouter un commentaire

        Votre e-mail ne sera pas visible

      Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.