Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Energie

Jean-Marie Chevalier : « Les territoires offrent un gisement prodigieux de ressources énergétiques »

Publié le 22/02/2012 • Par Olivier Schneid • dans : A la une, Dossiers d'actualité, France

Symbole idée
Fotolia
Un livre à paraître jeudi 23 février 2012, « L’avenir énergétique : cartes sur table », envisage une « nouvelle frontière » au-delà de laquelle les territoires, les villes en particulier, sont « en première ligne ». « Le temps des choix énergétiques portés par des Etats forts est révolu », écrivent les auteurs, qui prônent plus de décentralisation, d’efficacité énergétique et d’énergies renouvelables… tout en conservant une place importante au nucléaire. L’un d’eux, l’économiste Jean-Marie Chevalier, s’en explique à la Gazette.

Cet article fait partie du dossier

Le nucléaire français en questions

En préambule à votre livre (1), vous affirmez que « l’énergie est de retour à l’agenda politique », mais on a plutôt le sentiment de n’entendre parler que de nucléaire…

C’est vrai que, dans le débat actuel, le nucléaire tend à occulter la discussion sur les autres énergies. Parce que la problématique a été bouleversée par Fukushima. Mais derrière la question de la place du nucléaire, c’est bien de celle des autres énergies dont on parle.

La communication sur le rapport de la commission Energies 2050, dont vous avez été l’un des experts, a elle aussi mis de côté ces autres énergies…

Absolument, et je le regrette. Mais le rapport lui-même est un excellent travail qui passe en revue des scénarios où la part du nucléaire va de 0 à 70% de la production d’électricité. Et c’est la première fois en France qu’on fait cela.

Votre livre dessine les contours d’une « nouvelle frontière énergétique » : quelle est-elle ?

Elle laisse davantage de place à des systèmes énergétiques décentralisés, reposant sur des initiatives locales. Alors que notre système historique se conforme à l’organisation colberto-jacobine du pays : l’Etat et nos grandes entreprises publiques décident pour tout le monde ce qu’il faut faire.
Les collectivités, de même que les entreprises locales, ont un rôle majeur à jouer dans une nouvelle organisation. Les territoires offrent un gisement prodigieux de ressources, d’innovations. Il y a dans ce projet la notion de « participatif » que véhicule une association comme Energy cities. L’éolien participatif, le solaire participatif. Et, j’espère, le gaz de schiste participatif…

Mais comment envisager cela alors que la plupart des collectivités concernées sont opposées à l’exploitation du gaz de schiste ?

Parce que du gaz de schiste « participatif », ça change tout. Cela veut dire une population qui y adhère car elle en bénéficie directement, à travers la création d’emplois et de richesses. Aux Etats-Unis (où l’exploitation du gaz de schiste, que l’on compare à la ruée vers l’or, a transformé la situation énergétique du pays, ndlr), le sous-sol appartient au propriétaire du sol, donc quand vous avez un gisement dans votre propriété, vous en récoltez les fruits.
En France, le sous-sol appartient à l’Etat. Ainsi, si la puissance publique vous oblige à ce qu’un puits soit foré dans votre jardin, vous n’en touchez pas les résultats. Une modification du code minier peut changer la donne, et c’est un sujet qui va rebondir après les élections…

Cela ne revient-il pas à « acheter » la population ?

Votre formulation est un peu agressive… On peut aussi voir cela comme une manière de faire profiter les populations locales d’une ressource locale. Je trouve qu’au pays de Descartes, il est incroyable d’avoir pris une décision d’interdiction de l’exploitation du gaz de schiste avant même d’avoir fait ce que la rationalité dicte : se demander si l’on a réellement du gaz, à quelles conditions et à quel coût on peut le développer et quelles précautions il faut alors prendre. Ensuite seulement, on prend la décision de développer, ou pas, et si oui, sous quelles conditions.

Vous voulez « refonder le débat public en amont des décisions énergétiques », tout en évoquant le risque de réactions de type Not in my back yard (2) lorsqu’il s’agit, par exemple, de l’implantation d’une ligne à haute tension. N’y a-t-il pas là une contradiction à encourager un débat tout en disant qu’il est susceptible de bloquer des projets ?

Le cas de la liaison France-Espagne est à cet égard intéressant. Voilà une affaire qui a duré vingt ans et a été résolue par l’intervention d’un facilitateur, Mario Monti. Il a beaucoup discuté avec les collectivités locales et les défenseurs de l’environnement. Et la ligne va finalement pouvoir se construire, moyennant certains passages en souterrain qui, certes, coûtent plus cher, mais permettent de satisfaire les opposants.
Cet épisode me renforce d’ailleurs dans l’idée de promouvoir la décentralisation énergétique. Car, si au lieu d’importer massivement de l’éolien produit dans le Nord pour le consommer dans le Sud, comme on le voit en Allemagne, donc de devoir transporter cette électricité, on développait les ressources locales – biomasse, éolien, solaire, géothermie, hydraulique, etc. – en les combinant, on raccourcirait les circuits en produisant l’énergie là où on en a besoin.

Mais il y aurait encore aussi la possibilité d’oppositions locales, non ?

L’Agence internationale de l’énergie (AIE) a réalisé une étude intitulée « Cities, Towns & Renewable Energy », dont le sous-titre est l’inverse de Not in my back yard : Yes in my front yard (oui devant chez moi, ndlr) ! Je pense qu’on peut obtenir l’adhésion des populations en remobilisant les énergies humaines vers des modèles différents.

Hormis sur le nucléaire, quelle est la différence entre votre projet, qui fait de la demande un « axe prioritaire » en qualifiant l’efficacité énergétique de « défi », et le manifeste négaWatt ?

Ce qu’on critique dans le scénario négaWatt, c’est qu’il suppose un changement de comportement et de philosophie des individus qui nous paraît relever de l’utopie. Par ailleurs, la sortie du nucléaire qu’il préconise serait extraordinairement coûteuse. Arrêter une centrale qui respecte les standards de sécurité, c’est de la destruction de valeur.
Il faut commencer par réduire notre dépendance aux combustibles fossiles, par exemple en modifiant les systèmes de mobilité afin de moins dépendre de la voiture, etc.
Et les villes sont en première ligne. Des centaines d’entre elles, dans toute l’Europe, se sont engagées à atteindre et même dépasser les fameux objectifs trois fois 20 pour 2020 de l’Union européenne (20% d’émissions de gaz à effet de serre en moins par rapport à 1990, 20% d’énergies renouvelables et 20% d’économies d’énergie, le tout, d’ici 2020, ndlr). Et ça, c’est bien une nouvelle frontière.

Notes

Note 01 L’avenir énergétique : cartes sur table ; Jean-Marie Chevalier, Michel Derdevet et Patrice Geoffron ; collection Folio Actuel, Editions Gallimard. Retour au texte

Note 02 pas dans mon jardin, ndlr Retour au texte

2 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Jean-Marie Chevalier : « Les territoires offrent un gisement prodigieux de ressources énergétiques »

Votre e-mail ne sera pas publié

olivier GUY / overcast.fr

23/02/2012 06h05

Il est certain qu’avec un droit minier similaire au droit américain, nous assisterions à une résistance moins acharnée contre le gaz de schiste. Un paquet de $ peut parfois calmer les états d’âme écologistes. Serait-ce un bien ? La spéculation foncière exploserait dans les régions concernées. Quant à l’exploitation de la ressource elle-même, elle signifie un traumatisme certain pour l’environnement, avec de très nombreuses têtes de puits et un réseau de pipelines tentaculaire, sans parler des doutes sur la diffusion des additifs toxiques dans l’environnement et des fuites potentielles de méthane dans l’atmosphère (effet de serre). Peut-être sera-t-on contraint de recourir un jour à ce gaz, mais d’autres solutions ont préférables.
http://overcast.fr

Stéph

01/03/2012 03h10

Je ne connais pas l’auteur mais c’est sûrement pas un écolo. Encore un cerveau tellement bien conditionné qu’il ne s’en rend même pas compte ! Que ce soit participatif ou pas n’est pas le problème des gaz de schiste. Le droit foncier américain est aussi ridicule que JM Chevalier, car ce qu’on fait chez soi, en particulier dans le sous-sol a EVIDEMMENT des conséquences ailleurs. L’exploitation de gaz de schiste a finalement été interdite en France à cause de cette évidence. Mais je me demande vraiment QUAND mais QUAND va-t-on arrêter d’être c… (au point d’écrire des livres inutiles !) ?

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X