Lagazette.fr

Publicité


0

Commentaire

Réagir
Imprimer

Logement social

Fichage HLM : le conseil d’administration de Paris Habitat se réunit vendredi 24 février

Publié le 22/02/2012 • Par avec l'AFP • dans : Régions

Imprimer

0

Commentaire

Réagir
 

« Nous mandaterons un cabinet d’audit lors de la réunion du conseil d’administration de Paris Habitat vendredi matin pour analyser les causes des dérapages constatés par la Cnil« , a annoncé mercredi 22 février à l’AFP Jean-Yves Mano, maire-adjoint (PS) chargé du logement et président de Paris Habitat.
Lors de cette réunion, « les administrateurs seront informés du travail déjà accompli, en concertation avec la Cnil d’une part, et d’autre part que Paris Habitat se fera assister d’un cabinet d’avocat spécialisé », a-t-il précisé.

La Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) avait annoncé début février avoir mis en demeure l’office public HLM de Paris de respecter la vie privée de ses locataires, après avoir constaté d’importants manquements en la matière.
C’est la première fois que la Cnil rendait publique une mise en demeure, publicité « décidée au regard de l’importance des manquements constatés » (« collecte de données subjectives sur les locataires », de « données d’infractions », d’informations relatives à la santé, etc.).

Audit - Le maire de Paris Bertrand Delanoë (PS), avait aussitôt demandé à M. Mano de mener « sans délai » un audit sur les causes de ces manquements.

L’UMP parisienne s’était saisie de cette affaire lors du dernier conseil de Paris pour demander la démission de l’adjoint au logement.
Le président du groupe UMP Jean-François Lamour avait aussi demandé, dans une lettre au maire, la réunion du conseil d’administration de l’office HLM « dans les meilleurs délais ».
L’ancien ministre UMP a également évoqué le sujet mardi à l’Assemblée nationale lors des questions d’actualité.

Dans une autre lettre à M. Mano, l’ancien maire Jean Tibéri et Roxane Decorte (UMP), membres du conseil d’administration de Paris Habitat, ont déploré le fait que le rendez-vous de vendredi soit, selon eux, présenté comme une simple « réunion d’information » alors que l’affaire « mérite une autre réponse ».
Selon ces élus, « cette affaire ne doit pas s’arrêter là ».

Haut de page

Imprimer

0

Commentaire

Réagir
Publicité

Liens sponsorisés

Tous les fournisseurs

Publicité

Mots-clés

Thèmes abordés Citoyenneté et droits de l'hommeInformatiqueLogementSocial

Régions Île-de-France