Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Accès au logement

Les femmes victimes de violences conjugales sont-elles prioritaires pour l’attribution d’un logement social ?

Publié le 21/02/2012 • Par Delphine Gerbeau • dans : Réponses ministérielles

L’article 19 de la loi n° 2010-769 du 9 juillet 2010 relative aux violences faites spécifiquement aux femmes, aux violences au sein des couples et aux incidences de ces dernières sur les enfants a modifié les articles 4 et 5 de la loi n° 90-449 du 31 mai 1990 visant à la mise en œuvre du droit au logement.

Le I dispose que « des conventions sont également passées avec les bailleurs de logements pour réserver dans chaque département un nombre suffisant de logements, répartis géographiquement, à destination des personnes victimes de violences, protégées ou ayant été protégées par l’ordonnance de protection prévue aux articles 515-9 et suivants du Code civil ».

Le II dispose que le plan départemental d’action pour le logement des personnes défavorisées (PDALPD) « prend également en compte les besoins des personnes victimes de violences au sein de leur couple ou au sein de leur famille, menacées de mariage forcé ou contraintes de quitter leur logement après des menaces de violences ou des violences subies effectivement. Le présent alinéa s’applique aussi au conjoint victime lorsque celui-ci est propriétaire de son logement ».

La mise en œuvre de ces dispositions a fait l’objet d’un état des lieux par le comité de suivi des mesures du plan « violences » réuni à l’issue de la réunion plénière de la Commission nationale contre les violences envers les femmes le 12 juillet 2011, notamment dans le cadre de l’action 20 « Inciter localement à la signature de conventions entre l’Etat et les bailleurs ».

Il est apparu qu’il peut être admis que ces conventions existent déjà « de fait » car elles correspondent aux outils prévus par le Code de la construction et de l’habitation, tels que le PDALPD et les accords collectifs d’attribution passés entre le préfet et les bailleurs qui sont largement mis en œuvre sur le terrain.

Suite à la réunion du comité de suivi du plan « violences », une enquête spécifique a confirmé que la mobilisation constante des PDALPD permet de satisfaire à l’objectif de l’article 19 de la loi du 9 juillet 2010.

Par ailleurs, la connaissance des besoins en logement des femmes victimes de violence sera améliorée grâce à la réforme de l’enregistrement des demandes de logement social.
En effet, sur le formulaire rempli par les demandeurs peut être coché le motif « violences familiales » (parmi d’autres).

A partir de mars 2012, le ministère en charge du Logement sera en capacité de quantifier les demandeurs ayant déclaré ce motif et le nombre de demandeurs ayant été relogés qui ont déclaré ce motif.

Domaines juridiques

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Les femmes victimes de violences conjugales sont-elles prioritaires pour l’attribution d’un logement social ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Pad

24/02/2012 12h15

Le titre de cet article est discriminatoire ; le texte de cet article ne sait comment se positionner sous cet aspect. Monsieur Roland Courteau, votre question est choquante telle qu’elle est formulée et aurait dû être sanctionnée.

Une bonne fois pour toute, pourquoi les hommes ne seraient-ils pas victimes de violence ? Les textes officiels semblent beaucoup plus « anonymes » : effectivement, les termes de « victimes de violence », de « violences familiales », … ne présage pas du sexe de la personne qui les subit.

Y a-t-il une Commission nationale contre les violences envers les hommes ? Ne devrait-elle pas s’intituler tout simplement « Commission nationale contre les violences envers les personnes physiques » ?

Je suis homme et ai reçu un coup de couteau au sein de mon couple : comment dois-je me positionner ? Suis-je laissé pour compte ? En tous les cas, lorsque j’ai déposé plainte, elle a été classée sans suite : aurais-je fait désordre dans les statistiques ? Que dire aussi d’un homme qui s’est retrouvé avec une fourchette plantée dans la main ?

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X