Propreté

À Montpellier, la nouvelle brigade propreté et incivilités traque les « points noirs »

| Mis à jour le 22/07/2013
Par • Club : Club Techni.Cités

Les élus de Montpellier ont accompagné le 17 février 2012 la toute nouvelle Brigade Propreté et Incivilités (BPI) de 12 agents assermentés, en action depuis le 9 janvier. Ses missions : éradiquer les « points noirs » en matière de propreté urbaine, informer, éduquer, puis... verbaliser.

« La ville a fait beaucoup d’information sur les atteintes au cadre de vie et à l’environnement, mais cela ne marche pas, ce n’est pas suffisant », reconnaît Régine Souche, adjointe au maire de Montpellier déléguée à la tranquillité publique, lors de la présentation le 17 février de la récente brigade propreté et incivilités (BPI).

« Le nom de la brigade montre clairement la raison de sa création, les incivilités empoisonnent la vie des gens », lance Hélène Mandroux, maire (PS) de Montpellier, qui ajoute « fortement regretter la suppression de la police de proximité ». La ville, qui dit travailler depuis deux ans sur la création de la BPI, a calculé que le coût annuel des incivilités propreté égale la construction d’une crèche de 77 berceaux…

12 ASVP dans les rues du centre-ville – Les agents de la BPI, qui arpentent les rues depuis le 9 janvier, ont vocation dans un premier temps à surveiller les dépôts d’encombrants, le respect de la collecte sélective des déchets ménagers, l’affichage sauvage, le ramassage des déjections canines et la propreté aux abords des chantiers.
La brigade comprend douze agents de surveillance de la voie publique (ASVP) agréés par le procureur de la République et assermentés. La majorité étaient déjà ASVP ou agent de proximité, trois agents supplémentaires ont été recrutés.

Supervisés par trois policiers municipaux et un chef de service, les ASVP interviennent en deux vacations du lundi au vendredi de 7h à 21h, le samedi de 10h à midi et de 13h à 18h30. Ils ont suivi l’itinéraire de formation de 14 jours des ASVP et une formation complémentaire de 7 jours aux codes de la Santé publique et de l’Environnement assuré par le CNFPT.

Des contraventions à partir de mars – Pour le moment, la BPI parcourt le centre-ville (Écusson et Grand Cœur), « qui rassemble un tiers de la population montpelliéraine », justifie le maire. L’objectif est d’éradiquer 26 « points noirs », comme les places bordées de restaurants ou les zones autour des halles et des marchés.
« Les agents mènent un travail de fond pour sensibiliser les riverains et les commerçants, assure Régine Souche. L’intervention sur d’autres quartiers que le centre-ville sera décidée en liaison avec les élus de quartier et l’agglomération, compétente pour la collecte des déchets. Cela dit, la BPI est déjà intervenue ponctuellement hors du centre, notamment sur des chantiers. La BPI peut être sollicitée via le n°vert ou le mail de « Montpellier au quotidien », service lancé en 1998 par la commune pour des interventions rapides sur des problèmes de la vie quotidienne.

Pour accompagner le lancement de la BPI, la ville mène une campagne d’affichettes en centre-ville depuis le 16 février, qui sera amplifiée en presse et affichage à partir du 29 février.
En mars, la pédagogie et la prévention seront complétées par un volet répression : la BPI verbalisera et transmettra les PV au procureur de la République. Douze types d’infraction au règlement sanitaire départemental seront sanctionnés par des contraventions de 3e classe. L’amende, de 100 € minimum plus 22 € de frais de dossier, peut monter jusqu’à 450 €.

Commentaires

0  |  réagir

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

  • L’actu juridique de la semaine

    Notre sélection de jurisprudences et réponses ministérielles intéressant les cadres de la filière technique, publiées par le Club Techni.Cités et sur Lagazette.fr entre le 8 et le 14 décembre 2017. ...

  • Zones humides : connaitre les critères de définition et les obligations

    Dans le cadre des politiques d’aménagement conduites actuellement sur un territoire, les collectivités s’interrogent sur la notion de zones humides et sur les conséquences quant à l’aménagement du territoire. En effet, la direction départementale des ...

  • Malgré des soubresauts, Linky trouve son rythme de croisière

    Le déploiement du compteur communicant Linky respecte le calendrier prévu, a expliqué le distributeur Enedis, mercredi 13 décembre 2017, à Paris. Confrontée à des oppositions de communes en divers points du territoire, la filiale d’EDF explique privilégier le ...

  • Les pistes d’Elisabeth Borne pour réduire les fractures territoriales

    Si les Assises de la mobilité ont été l’occasion de phosphorer autour d’une multitude de sujets déjà bien identifiés, elles ont aussi mis en lumière des fractures territoriales jusqu’alors largement sous-traitées. La ministre des transports y consacre ...

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

services

Thèmes abordés

Retrouvez tous nos produits sur La plateforme de mise en relation entre professionnels de la commande publique et fournisseurs

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X